Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dénouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
19/03/2019 n 17:18
SOCIALn Article n°63.1 n 23:21 n 24/05/10 n Editeur : csv
30 mai 2010
L'éducation aux écrans



La nouvelle lettre "Eduquer à la non-violence et à la paix" de la Coordination française pour la décennie est parue sur le thème de l'éducation aux écrans.

Elle s'intéresse aux effets des écrans sur l'éducation des enfants, à la violence à la télé et propose plusieurs compte rendus d'expériences ayant permis à des enfants de se passer d'écrans pendant une période limitée. Cela leur a permis de redécouvrir de la créativité dans le jeu et a renforcé le dialogue familial :


-

"L'influence de la télévision et des jeux vidéo violents sur les comportements des enfants ne fait plus de doute. Des centaines d'études, aux Etats-Unis, au Canada, mais également en Europe en ont fait la preuve. Si la téléviolence n'est pas seule responsable le l’augmentation des comportements agressifs, elle joue néanmoins un rôle majeur.

La privation volontaire de télé et de jeu vidéo pourrait-elle réduire la violence physique et verbale? L'expérience a d’abord été tentée dans une école de San José, en Californie. Puis, sous l’impulsion de Jacques Brodeur, animateur de l’association Édupax, elle s’est développée au Québec sous la forme d’un Défi de la dizaine sans télé ni jeux vidéo. En France, cette idée a été mise en oeuvre en mai 2008, par une école élémentaire dans le quartier du Neuhof à Strasbourg sous le nom de Défi des 10 jours pour voir autrement, alors que depuis 1997 l'association "Enfance télé : Danger ?" avait déjà lancé la Semaine sans télé à Wimereux dans le Pas de Calais.

Fort d’une expérience portant sur une centaine d’écoles, l’association Édupax fait un bilan très encourageant de ces opérations : « En réduisant leur consommation, les jeunes découvrent une autre vie, les parents se rapprochent des enfants et conversent davantage avec eux (alors que la moyenne actuelle est d’une trentaine de minutes par semaine pour plus de 20 heures passées devant la télé), l'école se rapproche des familles.

Le Défi est un exercice de consommation responsable, de santé mentale et de mobilisation sociétale qui permet de réduire la violence physique et verbale, la sollicitation publicitaire et l'obésité. » Quelle classe arrivera à battre le record de 4387 heures récupérées sur la télé pendant un tel défi ?

Le piège des violences du virtuel, nous dit Jean-Marie Petirclerc, c’est que la souffrance de la victime est gommée, occultée. Développer des jeux de rôle en maternelle où les enfants sont invités à jouer successivement le rôle de l’agresseur puis le rôle de la victime dans une scène de téléviolence est à même de réduire l’influence de la télé, génératrice de violence : c’est ce qu’a démontré expérimentalement Serge Tisseron. Cela a donné l’idée d’une fiche pédagogique utilisable pour la classe.

Aujourd’hui, en moyenne, l’enfant passe plus de temps devant un ordinateur que devant la télévision. Il y a un apprentissage à l’utilisation d’Internet qui se fait dans les écoles. Il ne s’agit pas seulement d’apprendre comment rechercher efficacement des informations utiles pour la recherche documentaire, mais aussi à déjouer les nombreux pièges du web : déjouer les piège du marketing, éviter de donner des informations personnelles lors des échanges avec des inconnus, savoir vérifier les informations trouvées sur le site, déjouer les rumeurs, les discriminations et les préjugés dans ces informations, apprendre la civilité des échanges sur le Net (la nétiquette) sont autant de savoir-faire relationnels qu’il
est indispensable de transmettre aux élèves.

Au sommaire

- une analyse sur l’éducation aux images, sous la forme d’un entretien avec Elisabeth Baton-Hervé, docteur et chercheure en sciences de l’information et de la communication

- un entretien avec François Vaillant, rédacteur en chef de la revue Alternatives Non-violentes, sur la campagne « Télévision, pas de publicité destinée aux enfants »

- un témoignage de Charlotte Marin, représente de parents d’élèves FCPE, sur une semaine sans écrans dans une école parisienne

- un témoignage d’une joueuse de jeux vidéo

- un témoignage sur l’expérience du « DEFI des dix jours sans écrans » menée par l’association « Enfance-Télé : Danger ? » et la méthodologie pour organiser cette action

- une fiche pédagogique sur l’apprentissage du conflit « Agresseur, victime ou redresseur de tort »

- une fiche pédagogique sur l’apprentissage de l’autonomie « Les différents messages sur l’alcool »

- une fiche outil sur l’éducation aux médias « En ligne, trois animations-jeux pour la classe »

- un supplément pour décrypter le langage des émoticônes

- une liste de ressources bibliographiques et internet pour aller plus loin


Consulter la lettre sur le site réseau ecole et Non-violence


Voir aussi sur ce site le compte rendu de
la conférence de Serge Tisseron à Rodez sur les jeux vidéo
Edité par csv, le 29/05/10 à 20:43

Commenter l'article 63 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >


Rejoignez le MAN Aveyron sur les réseaux sociaux

-

Page Facebook du MAN Aveyron








cercle de silence

-

dernier mardi du mois
cercle de silence

Rodez
Préfecture
18 h








Se former à la régulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Télécharger la plaquette de présentation des IFMAN



-

Ce site a été développé et est hébergé par l'association ""Naucelle Web Site"

Google


conflitssansviolence.fr
www
1449 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 130697

Système Interactif Rédactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site