Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dénouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
24/04/2019 n 02:18
SOCIALn Article n°57.1 n 09:53 n 05/04/10 n Editeur : csv
5 avril 2010
Etats Généraux de la sécurité à l’École : contribution
de la Décennie pour la paix

mise à jour au 7 avril
Les Etats Généraux de la sécurité à l'Ecole seront organisés les 7 et 8 avril prochains à la Sorbonne à Paris. Seront-ils l'occasion d'une remise en cause d'une politique basée surtout sur le répressif et le sécuritaire ?

-

Présidés par Eric Debarbieux, parrain de la coordination de la Décennie pour la paix, le comité scientifique organisera durant ces deux jours des tables rondes et des ateliers thématiques ainsi que des séances plénières.

-

Des personnels divers de l'Education Nationale, des collectivités territoriales et des associations seront présentes dont la Coordination française pour la Décennie dont voici la contribution :


-


"Développer la prévention

Les états généraux de la sécurité à l’Ecole sont invités à mener une réflexion globale sur la violence en milieu scolaire pour en comprendre mieux la nature et les évolutions et pour formuler des propositions en termes de prévention et de sécurité. Les réponses généralement apportées en matière de prévention des violences en milieu scolaire peuvent être classées en trois catégories :

- Les propositions de type sécuritaire : mieux sécuriser les abords de certains établissements, vidéosurveillance, équipes mobiles de sécurité, etc.

- Les propositions de type environnemental : une présence d’adultes plus importante dans les collèges, une plus grande stabilité des équipes enseignantes, une formation professionnelle des enseignants plus poussée, un enseignement en primaire réparti sur 9 demi-journées et non sur 4 jours, etc.

- Les propositions de type éducatif : éduquer les élèves aux relations humaines, développer chez eux des compétences personnelles, relationnelles, sociales et citoyennes.

Il ne s’agit pas pour nous d’opposer ces trois approches. Améliorer la sécurisation des établissements et améliorer les compétences professionnelles des enseignants sont des objectifs qui sont tous les deux prioritaires. Cependant, nous constatons que, jusqu’à présent, l’approche éducative n’a pas encore été explorée de façon approfondie. Le socle commun des connaissances et des compétences prévoit pourtant le développement des compétences « sociales et civiques » mais il faut reconnaître que ce domaine de compétences n’a pas encore fait l’objet d’une attention suffisante au sein de l’institution scolaire.

La Coordination française pour la Décennie propose que le ministère de l’Education nationale prenne la décision de s’engager dans cette voie de la prévention éducative de façon résolue. Voici des bénéfices qui peuvent en être attendus :

1. Un certain nombre de jeunes sont auteurs de violence, mais ce sont également les jeunes qui sont les premières victimes de ces violences. La voie éducative leur permettra de devenir des sujets actifs et compétents dans la construction du bien-vivre ensemble à l’école. Certains d’entre eux deviendront même capables de participer à un dispositif de médiation par les pairs pour les résolutions des petits conflits entre élèves. Avec les mesures sécuritaires et les mesures environnementales, les jeunes restent des sujets passifs : il ne suffit pas de « faire pour eux ». Il est du plus grand intérêt de « faire aussi avec eux ».

2. En transmettant aux enfants, dès la petite section de l’école maternelle, des compétences psychosociales, développant les habiletés sociales et civiques, c’est la société toute entière qui en sera bénéficiaire. On ne peut pas imaginer que ces compétences, apprises et mises en application dans le milieu scolaire, ne soient pas utilisées dans les autres milieux où évolue l’enfant. On ne peut non plus imaginer que, devenu adulte, l’enfant abandonne ces habiletés acquises à l’école et renforcées par les réussites qu’elles auront permises dans toutes sortes de situations.

3. En développant les habiletés dans les domaines de la communication relationnelle, de la gestion non-violence des conflits, de la négociation, de la médiation, de la compréhension des notions de « loi, transgression, sanction », de la coopération, etc., la qualité du vivre ensemble doit s’améliorer et la violence en milieu scolaire diminuer.

Les objectifs à moyen terme de la prévention éducative

- L'introduction officielle de la formation aux compétences psycho-sociales à tous les niveaux du système éducatif français, dès l'école maternelle, avec un programme prévoyant des horaires, une progression, des outils et des méthodes pédagogiques.

- L'intégration de cet enseignement dans la formation initiale et continue des enseignants.

- L'accès de tous les adultes, travaillant sur un site scolaire, à une formation à la gestion des conflits.

Quelles étapes dans le court terme ?

- La première étape est d’ordre politique. Il s’agit de prendre la décision d’explorer résolument cette voie de la prévention éducative.

- Demander au Haut conseil de l’éducation (HCE) de faire un état des lieux de la mise en œuvre des domaines de compétences 6 (compétences sociales et civiques) et 7 (autonomie et initiative) dans les écoles primaires et secondaires et l’inviter à faire des propositions pour combler les lacunes repérées.

- Mettre en place d’un groupe de pilotage ayant pour but de proposer un processus de mise en œuvre concrète de l’enseignement des compétences psycho-sociales. Une première étape consisterait à tester le processus avec des écoles et des collèges volontaires, accompagnés par des chercheurs universitaires chargés d’évaluer l’efficacité du dispositif testé."

Le MAN et les IFMAN sont membres de la Coordination nationale de la Décennie de la Paix.



Communiqué de presse de la décennie du 7 avril 2010 Les Etats généraux de la sécurité à l’école :
Les propositions de la Coordination française pour la Décennie.


"Les Etats généraux de la sécurité à l'École, organisés les 7 et 8 avril à Paris, ont pour objectif de mener une réflexion sur la violence en milieu scolaire, d’en comprendre la nature et les évolutions, et de formuler des propositions en termes de prévention et de sécurité. Des professionnels de l'éducation et les partenaires institutionnels et associatifs sont réunis pour échanger et présenter des mesures concrètes afin d'endiguer ce phénomène. La Coordination française pour la Décennie y est représentée par sa vice-présidente Yvette Bailly.

Les réponses généralement apportées en matière de prévention des violences en milieu scolaire sont des propositions de type sécuritaire (mieux sécuriser les abords de certains établissements, vidéosurveillance, équipes mobiles de sécurité, etc.), environnemental (une présence d’adultes plus importante dans les collèges, une plus grande stabilité des équipes enseignantes, une formation professionnelle des enseignants plus poussée, etc.), ou éducatif (éduquer les élèves aux relations humaines, développer chez eux des compétences personnelles, relationnelles,
sociales et citoyennes). Si les objectifs prioritaires sont l’amélioration de la sécurité des établissements et des compétences professionnelles des enseignants, nous constatons que l’approche éducative n’a pas encore été explorée de façon approfondie. Le socle commun des connaissances et des compétences prévoit pourtant le développement des compétences « sociales et civiques » mais il faut reconnaître que ce domaine de compétences n’a pas encore fait l’objet d’une attention suffisante au sein de l’institution scolaire.

La Coordination française pour la Décennie propose que le ministère de l’Education nationale prenne la décision de s’engager dans cette voie de la prévention éducative de façon résolue. La voie éducative permettra aux jeunes de devenir des sujets actifs et compétents dans la construction du bien « vivre ensemble » à l’école. Certains d’entre eux deviendront même capables de participer à un dispositif de médiation par les pairs pour les résolutions des petits conflits entre élèves. Avec les mesures sécuritaires et les mesures environnementales, les jeunes restent des sujets passifs : il ne suffit pas de « faire pour eux ». Il est du plus grand intérêt de « faire aussi avec eux». En transmettant aux enfants, dès la petite section de l’école maternelle, des compétences psychosociale, développant les habiletés sociales et civiques, c’est la société toute entière qui en sera bénéficiaire. En développant les habiletés dans les domaines de la communication relationnelle, de la gestion non-violente des conflits, de la négociation, de la médiation, de la compréhension des notions de « loi, transgression, sanction », de la coopération, la qualité du « vivre ensemble » doit s’améliorer et la violence en milieu scolaire diminuer."

Paris, le 7 avril 2010



La Coordination française pour la Décennie mène depuis 2002 une campagne visant
l’adoption d’une loi intégrant l’éducation à la non-violence et à la paix dans les
programmes scolaires et dans la formation initiale et continue des enseignants. En
2005 elle publie le Programme pour l’éducation à la non-violence, et coordonne depuis
2008 le Réseau Ecole et Non-violence.
Edité par csv, le 07/04/10 à 18:48

Commenter l'article 57 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >


Rejoignez le MAN Aveyron sur les réseaux sociaux

-

Page Facebook du MAN Aveyron








cercle de silence

-

dernier mardi du mois
cercle de silence

Rodez
Préfecture
18 h








Se former à la régulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Télécharger la plaquette de présentation des IFMAN



-

Ce site a été développé et est hébergé par l'association ""Naucelle Web Site"

Google


conflitssansviolence.fr
www
1449 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 189336

Système Interactif Rédactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site