Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dénouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
18/11/2017 n 19:14
SOCIALn Article n°303.1 n 31/08/17 n 07:15 n Editeur : csv
1 septembre 2017
Jean-Philippe Marcy raconte dans Midi-Libre : quand le
camp militaire était le Guantanamo du Larzac


Jean-Philippe Marcy raconte pour les lecteurs du Midi-Libre l'histoire du camp militaire du Larzac (29 août 2017)

A la fin des années 1950, le gouvernement décide d'enfermer des prisonniers algériens à La Cavalerie. A cause du froid et des maladies, ils doivent faire face à des conditions de vie très difficiles.

-


Ce furent les prémices de ce qui allait devenir l'un des événements les plus marquants de l'histoire des contestations citoyennes. À la fin des années 1950, bien avant le début du projet d'extension, le camp militaire du Larzac stigmatisait déjà une première forme d'opposition. En effet, l'endroit a accueilli, pendant la guerre d'Algérie, des prisonniers dont la littérature historique à bien du mal à retracer le sort. Il existe très peu de documentation sur ce qui se passait à l'époque, à l'intérieur du camp.

Mais Jean-Philippe Marcy, professeur d'histoire à la retraite, a cherché à faire revivre ces événements dans la revue Matériaux pour l'histoire de notre temps. "Ouvert en 1959, le camp militaire du Larzac est le plus important des camps d'assignés en métropole, explique-t-il. Au 26 mai, 1 343 Algériens y sont internés. Leur nombre dépasse les 3 000 dès le mois de décembre suivant."


Observations et les interrogatoires

Dans ces camps - il y en avait quatre en Métropole, presque totalement réservés aux "Français musulmans d'Algérie" - l'enjeu était, pour les autorités, de "franciser les Algériens de l'Hexagone suspectés de connivence avec le Front de libération nationale algérien (FLN)", selon Kevin Mekhloufi, un ancien étudiant en histoire qui a consacré son mémoire de Master 2 au sujet.

"Le Larzac était généraliste et c'est là que le niveau d'endoctrinement des assignés était déterminé, expliquait-il en 2012 à L'Obs. Les observations et les interrogatoires étaient menés par les Renseignements généraux et par un service d'action éducative et sociale pour dresser des profils. Ses quartiers étaient quadrillés par type de détenus : “durs”, “mous”, “irrécupérables”. Et la vie quotidienne organisée selon un couvre-feu, un lever obligatoire, un ordre de passage aux douches, à la cantine, aux cours pour apprendre à lire et écrire, et beaucoup de propagande pro-française…"


Le FLN se structure

À l'intérieur du camp, créé à d'autres fins pendant la Seconde Guerre mondiale, les conditions de vie étaient sommaires. L'endroit n'était d'ailleurs pas prévu, à l'origine, pour être occupé l'hiver. À tel point que des travaux ont rapidement dû être entrepris.

Malgré cela, "les conditions de détention étaient particulièrement difficiles et nocives pour la santé des assignés, d'autant que le service médical pâtit de l'instabilité du personnel en poste, des possibilités restreintes de logement à l'intérieur du camp et de l'absence de stocks de médicaments en pharmacie, explique Jean-Philippe Marcy dans ses travaux. [...] Les maladies pulmonaires étaient en effet nombreuses et la présence de malades mentaux posait un problème extrêmement préoccupant. Mais, manifestement, le service de santé n'a jamais eu la capacité de prendre en charge les nombreux troubles psychiques qui se déclaraient chez les assignés."

À cela s'ajoutait le manque de personnels, notamment de gardes. Ce qui a permis au FLN, petit à petit, de prendre la mainmise sur les internés et d'organiser le fonctionnement à sa convenance, sous le regard inquiet des autorités. "Le travail effectué par les RG leur permet tout de même de connaître l'organisation du FLN à l'intérieur du camp, reprend le professeur d'histoire. Leurs rapports, stigmatisant les meneurs qui par leurs menées subversives exercent une pression morale et physique parmi les assignés du centre du Larzac, témoignent de l'inquiétude constante des autorités face à la mise en échec que leur impose l'adversaire. De leur propre aveu, le camp devient une véritable école du nationalisme algérien, et le FLN acquiert une mainmise complète sur les assignés."


La situation n'évoluera qu'en 1962

Une situation qui a provoqué, pendant les quatre années, de nombreuses révoltes ou manifestations au sein du camp, mais aussi à l'extérieur. La Communauté de l'Arche, mouvement prônant la non-violence, inspirée par les positions de Gandhi, s'est rapidement saisie de la situation, pour dénoncer le traitement fait aux prisonniers. Les Millavois de l'époque étaient, comme la population française d'ailleurs, partagés sur cette situation. D'un côté, ceux favorables à l'Algérie française ; de l'autre, les partisans de la décolonisation. Des marches autour du camp du Larzac avaient déjà, à l'époque, été organisées.

La situation n'évoluera qu'en 1962, après les accords d'Évian, signés par le général De Gaulle et qui ont mis officiellement un terme à la guerre d'Algérie. La fin d'une période pour le camp, qui allait déboucher, quelques années plus tard, sur une réorganisation et des projets d'agrandissement, à l'origine de la lutte du Larzac dans les années 1970.

Voir aussi : "Avec sa mare, le Canard Enchaîné plonge dans la lutte en 1973" (Midi Libre - 29 août 2017)

Le camp du Larzac 1959-1962. Entre une politique répressive et le pouvoir du FLN parJean-Philippe Marcy,Professeur d’histoire et de géographie à la retraite, correspondant de l’Institut d’histoire du temps présent pour le département de l’Aveyron.

Edité par csv, le 01/09/17 à 04:43

Commenter l'article 303 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >





C'est le moment !

-

Rejoignez la campagne du MAN





cercle de silence

-

dernier mardi du mois
cercle de silence

Rodez
Préfecture
18 h








Se former à la régulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Télécharger la plaquette de présentation des IFMAN



-

Ce site a été développé et est hébergé par l'association ""Naucelle Web Site"

Google


conflitssansviolence.fr
www
1325 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 17749

Système Interactif Rédactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site