Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dnouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
21/01/2019 n 18:09
RELATIONNELn Article n70.1 n 11:11 n 15/10/13 n Editeur : csv
19 octobre 2013
Un pre condamn Limoges pour avoir fess son fils


La condamnation d'un pre 500 d'amande avec sursis pour avoir donn une fesse son fils de 9 ans a suscit une vague mdiatique trs importante. La presse a cependant publi cette occasion de nombreuses ractions intressantes qui montrent que les lignes bougent bien que la France compte jusque l de nombreux adeptes de ces "anciennes mthodes". L'Observatoire de La Violence Educative Ordinaire a galement ragi par la voix d'Olivier Maurel :

-


Olivier Maurel : "Une telle dcision a une grande importance symbolique et constitue une premire en France"


"Vendredi 11 octobre, au tribunal correctionnel de Limoges, un pre a t condamn 500 d'amende avec sursis pour avoir donn une fesse "cul nu" son fils de 9 ans. Ce pre a dclar que depuis plusieurs jours son fils ne lui disait plus bonjour et que, lorsqu'il lui a demand la raison de ce refus, l'enfant lui a rpondu qu'il n'en avait pas envie. "Je lui ai dit qu'il me devait le respect et, oui, je lui ai donn une fesse.". Le pre a ajout qu'il "subissait la mode actuelle qui veut qu'on ne corrige pas ses enfants".

La prsidente Estelle Lamotte-Genet a rpondu que ce n'tait pas une question de mode. La fesse "est une violence, double d'un acte humiliant pour l'enfant qui, 9 ans, se retrouve les fesses l'air pour se faire frapper." Et le vice-procureur Jean-Paul Lescat a comment : "Heureusement nous n'en sommes plus au temps o parents et ducateurs infligeaient des punitions physiques".

Jusqu' prsent les tribunaux franais ne manifestaient pas une telle svrit l'gard des parents. Est-ce l'ge du garon en question (9 ans), le fait que la fesse ait t donne directement sur les fesses et non travers les vtements, ou encore le terme de "mode" employ par le pre pour qualifier la tendance encore bien minoritaire vouloir interdire la fesse ? Il serait intressant de connatre la vraie motivation de ce jugement.

Peut-tre la juge avait-elle prsent l'esprit l'article 222-13 du code pnal qui dclare que "tout acte de violence commis sur un mineur de 15 ans, mme s'il n'a entran aucune incapacit totale de travail, est puni d'une peine de 3 ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende."

Mais cet article est inapplicable aux fesses, et c'est heureux vu la disproportion des peines qui ne peuvent s'appliquer qu' des cas de maltraitance reconnue comme telle, avec blessure, voire dcs de la victime. D'ailleurs la peine inflige dans ce cas (amende avec sursis et somme assez symbolique accorde la mre qui avait port plainte) est sans commune mesure avec celles que mentionne l'article 222-13.

Ceci dit, mme si on peut douter que cette peine ait quelques chances de faire rflchir l'inculp, lOVEO se flicite dune telle dcision qui a une grande importance symbolique et constitue une premire en France.

Cette dcision de justice est sans doute replacer dans un contexte o notre pays fait lobjet dune procdure de rclamation initie par une ONG devant le Comit europen des droits sociaux, pour ne pas avoir interdit toute forme de punition corporelle inflige aux enfants comme elle aurait d le faire en tant que signataire de la Convention internationale des droits de l'enfant.

Nous esprons que cette dcision de justice pourra faire jurisprudence et servir de tremplin pour quenfin une loi dinterdiction de toute violence ducative soit promulgue en France."

Olivier Maurel,
prsident de l'OVEO
SOURCE : OVEO



Catherine Dumonteil-Kremer : "la fesse est contre-productive"


A cette occasion TF1 remet en avant un tmoignage ralis en 2011 auprs de Catherine Dumonteil-Kremer sur l'inefficacit de la fesse.

En 2011, l'occasion du lancement d'une campagne choc contre les gifles et les fesses, MYTF1News avait interrog une consultante familiale et auteure de plusieurs ouvrages sur le sujet.

Selon la Fondation pour l'enfance, 28 pays ont dj interdits ces "pratiques inefficaces et traumatisantes". Auteure de Poser des limites son enfant et le respecter, Catherine Dumonteil-Kremer* nous explique pourquoi.

MYTF1News : Quand on parle du sujet autour de soi, la raction des adultes est toujours peu ou prou la mme, savoir : "oh, une petite fesse" n'a jamais fait de mal...

Catherine Dumonteil-Kremer : Ce n'est pas vrai. Une petite fesse fait trs peur l'enfant car il s'attend recevoir le meilleur de la part de ses parents. Il leur fait entirement confiance et une tape va gnrer chez lui un sentiment d'inscurit. Le frapper, c'est aussi donner l'ide l'enfant que la violence peut tre une solution. En plus, c'est totalement contre-productif : l'enfant va essayer d'viter les coups mais sans apprendre pourquoi on lui demande de respecter telle ou telle limite ou obir tel ou tel sujet. Or, le petit ne demande qu'une chose : s'adapter au monde des humains. Si on ne lui fait pas de mal, il va agir au mieux.

TF1 News : Mais une petite fesse, ce n'est quand mme pas une grosse gifle... Si ?

C. D-K. : Non, bien sr. Mais c'est un processus qui part d'une mme situation basique : le pre -ou la mre- est fatigu par sa journe de travail, il se met en colre, pte les plombs, la claque ou la fesse part et aprs le parent s'en veut. Les parents maltraitants vont tre dans la mme dmarche et cela va aller plus loin car eux-aussi ont t battus pendant leur enfance. Ils reproduisent le mme schma. Dans tous les cas, une fois encore, c'est totalement contre-productif.

MYTF1News : Alors que peut faire un parent pour duquer et manifester leur autorit sans avoir recours aux fesses, gifles, claques et autres tapes ?

C. D-K. : Il doit commencer par sortir d'un sentiment de culpabilit. Ensuite, il faut identifier les situations qui le font sortir de ses gonds. Et ce au calme. Il doit essayer de comprendre pourquoi il a une raction disproportionne dans ces cas-l et pourquoi son enfant a un comportement inadquat. Il faut lui expliquer ce qui se passe, pourquoi on n'est pas d'accord.

Un exemple d'une situation parmi d'autres qui peut dborder : le brossage de dents. Dans beaucoup de familles, ce moment est souvent agit car le petit ne veut pas se laver les quenottes. Pourquoi ne pas l'inciter en le faisant avec lui, en lui offrant une brosse dent rigolote ou un rvlateur de plaques ou encore en l'emmenant chez le dentiste qui lui expliquera l'importance de l'hygine dentaire ?

A aucun moment, il ne faut croire que lui donner une gifle ou une fesse va lui permettre de comprendre son erreur et ne pas recommencer. C'est tout le contraire qui va se passer. En plus, la confiance va se briser et mine de rien, cela pourrait avoir des consquences plus tard.

*Consultante familiale, Catherine Dumonteil-Kremer a notamment publi Poser des limites son enfant et le respecter, (Ed. Jouvence) et Elever son enfant... Autrement. (Ed La plage). Elle a galement cr la maison pour l'enfant, une association ayant pour objectif le soutien des parents dans leurs efforts d'duquer sans violence.

Source : myTF 1


Edwige Antier : "la main leve rend sournois, agressif, en baisse d'estime de soi et aggrave l'chec scolaire"


"JOL Press : Faut-il interdire tout chtiment corporel sur l'enfant ?

Edwige Antier : Absolument. Il faut surtout abolir dfinitivement tout chtiment corporel sur l'enfant, afin que cette pratique ne fasse plus partie du registre de l'ducation.

JOL Press : Aujourd'hui, 22 pays europens sur 28 interdisent tout chtiment corporel pour les enfants. La France va-t-elle tre oblige de faire comme ses voisins ?

Edwige Antier : La France a ratifi la Convention Internationale des droits de l'enfant, elle doit s'y conformer. Elle est en ce moment l'objet d'une rclamation par l'ONG APPROACH qui a t juge recevable par le Conseil de l'Europe.

JOL Press : La fesse ne peut-elle pas tre ducative si elle n'est ni violente, ni humiliante ?

Edwige Antier : Par dfinition, une fesse est une frappe sur les fesses, cest une humiliation. Les gestes violents, de la petite tape, aux coups de ceinture, ne sont jamais ducatifs. Toutes les tudes, comme mon exprience de pdiatre de deux gnrations d'enfants, montrent que la main leve rend sournois, agressif, en baisse d'estime de soi et aggrave l'chec scolaire. En aucune faon elle ne donne respect et autorit, elle endurcit et rend, soit passif, soit rebelle. Comment faire pour mettre des limites? J'ai crit un livre, L'autorit sans fesses qui donne les principes simples d'une ducation non-violente.

JOL Press : Est-ce la justice de rgler ce genre de problmes domestiques ?

Edwige Antier : Le cas de cet enfant est exemplaire : il a pu dire ce qui s'est pass parce qu'il a 9 ans, et parce que sa mre, et le juge, l'ont entendu. Mais combien d'enfants, parce qu'ils sont trop petits, ou surtout parce qu'ils ont peur des reprsailles, parce qu'on ne les coute pas - cela drange - choisissent de se taire sur ce qui se passe dans le huis-clos avec leurs parents ? Nous, pdiatres et spcialistes de l'enfance, les entendons. Mais ils nous disent : Il ne faut pas le rpter, sinon, ce sera pire . Seule une loi, connue de tous, permettra ces pratiques de ne plus avoir de prtexte ducatif.

JOL Press : Quelles limites imposer aux parents ? Certaines paroles peuvent-tre bien plus humiliantes que certaines tapes davertissement

Edwige Antier : Oui, c'est pourquoi j'ai dpos aussi, en tant que dpute, le 18 novembre 2010, une deuxime proposition de loi visant abolir toutes formes de violences physiques et psychologiques infliges aux enfants, sur le modle de celles faites aux femmes."

Propos recueillis par Marine Tertrais pour JOL Press

Pdiatre, diplme en psychopathologie de l'enfant, Edwige Antier est l'auteur de nombreux ouvrages succs. Sa fonction de dpute l'Assemble nationale l'a conduite proposer, en 2010, une loi visant abolir les chtiments corporels.

SOURCE : JOL Presse



Psycho-enfants : "cette pratique na dmontr aucun effet dapprentissage sur le long terme"


Pour ou contre la fesse ? Ce dbat revient souvent sur le devant de la scne mdiatique, mais cette fois-ci, les chercheurs se sont intresss avant tout aux effets immdiats du toucher dans lapprentissage de la discipline, et non pas aux effets sur le long terme. Ayant observ une centaine de parents train de rprimander leur enfant g de 3 5 ans dans diffrents lieux publics (restaurants, centres commerciaux, parcs), les chercheurs ont constat que 23% de ces parents avaient recours un contact ngatif pour se faire obir de leur enfant, que ce soit par la parole ou par la fesse. Autre constat, les papas ne seraient pas les plus svres.

Une fois les limites dpasses, chaque parent ragit comme il peut. Certains narrivent pas se contenir, et la fesse devient alors une alternative. Pourtant, cette pratique na dmontr aucun effet dapprentissage sur le long terme, mme si les franais restent hostiles son interdiction. Plusieurs experts livrent leurs points de vue pour vous aider faonner le vtre :


Cest rarement une rponse pertinente 
par Franois Dumesnil, docteur en psychologie


Pour moi, la fesse nest pas ncessaire, ce nest pas une rponse pertinente. En revanche je nexclus pas de donner une tape dans un contexte prcis. La question quil faut se poser est si le prjudice est plus grand quand elle nest pas donne. Mieux vaut ne pas rprimer la tape lorsquelle conduit un drapage motionnel trop vif, qui va bien au-del de la simple explosion verbale, quand cela risque dinduire un climat dhostilit et un rejet parental de lenfant. mon sens, on peut donner une tape quand on se contrle et quon souhaite reprendre la matrise dune situation. Pour moi, elle doit tre donne parce quon choisit de le faire et pas parce quon est exaspr. On en vient cela lorsque lopposition de lenfant est telle quil refuse toute autre punition, ce qui est trs rare. Dans ce cas, les parents doivent absolument reprendre le contrle de la situation.




Elle fait obir la violence, pas la loi 
par Olivier Maurel, prsident de lObservatoire de la violence ducative ordinaire


Je suis contre la fesse parce que cest un comportement qui est dangereux. Physiquement, on ne sait jamais jusquo on va aller. Mme si on na pas lintention de faire mal, parfois on peut frapper trs fort. Quand on frappe un enfant, la premire chose quon lui apprend, cest frapper. obir la violence et pas la loi, frapper quand on veut obtenir quelque chose de quelquun. On lui montre quun plus fort peut faire acte de violence sur un plus faible. Lenfant est un imitateur n. Et limitation est dautant plus puissante quelle vient des parents. Enfin, on lui enseigne un principe exactement contraire la morale la plus lmentaire : Ne fais pas aux autres ce que tu naimerais pas quon te fasse. Sur le plan idologique, on transmet lenfant que la violence est un bien puisque cest pour son bien que le parent est amen lui donner une fesse. Pour certains, donner une gifle ou une tape ce nest pas la mme chose. Pour moi cest pareil. Sur quel principe tolre-ton quun mari donne une tape sa femme ?




La fesse ne mne rien
 par Catherine Saladin, psychanalyste


En tant que psychanalyste, doit-on tre pour ou contre la fesse ? Je pense quon peut prendre position contre, sans culpabiliser les parents, mais en les aidant comprendre ce qui a pu les amener ce geste. Je ne peux pas conseiller aux parents qui viennent me consulter, pour des problmes dautorit par exemple, de taper leur enfant. Les chtiments corporels ne mnent rien. Et on sait que secouer violemment un enfant peut tre trs dangereux pour lui. Quand on sent venir la colre, on peut prvenir lenfant, ou la dvier. Ensuite, il est vrai quil nest jamais facile dtre parents. Un pre, une mre peut, de temps autre, se sentir dbord, dsorient ou dsarm par rapport une situation particulire. Mais personnellement, je pense quil est important de comprendre que tous les enfants sont naturellement sensibles la parole. Vous pouvez taper la petite main qui fait des btises , comme disait Franoise Dolto. Cependant, vous pouvez aussi poser les limites en expliquant ou en haussant le ton si ncessaire. Mme les plus petits peuvent comprendre le sens des interdits et la fesse est proscrire. Mettre des limites, cest pouvoir dire non.



*droite*Source : *lien=http://www.psychoenfants.fr/actus-fr_Parents__trop_de_fessees_en_public__106671.html*Psycho

Commenter l'article 70 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >



Rejoignez le MAN Aveyron sur les rseaux sociaux

-

Page Facebook du MAN Aveyron








Se former la rgulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Programme des stages individuels proposs par l'IFMAN sud-ouest





"Une exprience en Aveyron l'coute des enfants"

-


Tlcharger le document (3 Mo)




-

Ce site a t dvelopp et est hberg par l'association ""Naucelle Web Site"

Google


conflitssansviolence.fr
www
1440 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 34971

Systme Interactif Rdactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site