Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dénouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
26/03/2019 n 04:43
RELATIONNELn Article n°22.1 n 08:08 n 17/04/10 n Editeur : csv
18 avril 2010
30 avril - journée de la non-violence éducative


"L'enfant frappé apprend à frapper les autres. L'enfant respecté apprend à respecter les autres."

La maison de l'enfant propose chaque année, depuis 2004, une "journée de la non-violence éducative" : « Traitons nos enfants exactement comme nous voudrions être traités ». Cette déclaration de paix est la portée de tous les parents motivés qui le souhaitent :

-


Mais comment faire quand on est à bout et en colère ? Comment montrer à son enfant les limites à ne pas dépasser ? Voilà le thème principal de cette journée : la pose des limites sans fessées qui vise à aider les parents à d’échanger sur d’autres manières d’accompagner leurs enfants. à leur permettre de partager sur la difficulté de tenir cette déclaration de paix.

D’autres objectifs à court et moyen termes sont la diffusion écrite d'une information sur les effets nocifs de la fessée afin d'inventer " une société dans laquelle les enfants seraient traités avec dignité et humanité".


Le manifeste contre la violence éducative

"La France a signé et ratifié le 7 août 1990 la Convention des Droits de l'Enfant. L'article 19 de cette Convention stipule que les États signataires « prennent toutes les mesures législatives, administratives, sociales et éducatives appropriées pour protéger l'enfant contre toutes formes de violence, d'atteinte ou de brutalités physiques ou mentales ».

Or, en France d'après un sondage SOFRES de janvier 1999, 80% des parents donnent à leurs enfants gifles et fessées quand ce ne sont pas des coups de martinet ou de ceinture. Presque tout le monde trouve cela normal, inoffensif et même nécessaire. Et les services sociaux et la Justice n'interviennent que dans les cas extrêmes.

Violence ou respect ?

Pourquoi est-il permis de frapper un enfant alors qu'il est interdit de frapper un homme adulte, une femme, une personne âgée et, en prison, le pire des criminels ? Nos lois ne permettraient-elles d'agresser que les plus faibles ? Les enfants ont le droit d'être élevés sans violence, ce qui ne signifie pas sans fermeté.

De multiples études récentes ont montré que difficultés scolaires, délinquance, violence, dépression, alcoolisme, abus de drogues, maladies diverses et même accidents ont très souvent pour origine des violences, même modérées, subies dans l'enfance. Maintenant que nous le savons, nous n'avons plus l'excuse de l'ignorance qu'avaient nos parents.

Pourquoi s'étonner que certains jeunes recourent à la violence quand le premier exemple de violence leur a en général été donné par leurs propres parents les frappant sur les joues, le crâne, le dos ou les fesses? L'enfant frappé apprend à frapper les autres. L'enfant respecté apprend à respecter les autres. Le rôle des parents est-il d'enseigner la violence ou le respect ?

Loi spécifique dans onze pays :

Les parents qui frappent leurs enfants pour les éduquer le font parce qu'ils ont été frappés eux-mêmes et ignorent les conséquences de leurs coups. Seule une interdiction sans ambiguïté, comme celle qui, en France, interdit les coups à l'école depuis le XIXe siècle, peut mettre fin à ce cycle. La France, comme déjà onze pays, dont neuf européens, doit voter une loi spécifique interdisant toute violence, y compris fessées, gifles, tapes, etc. Cette loi doit être assortie non pas de sanctions judiciaires mais d'une large information apportée aux parents ainsi qu'aux futurs parents sur les effets des coups et les moyens d'élever les enfants sans violence, exactement comme il est demandé aux automobilistes d'être familiers avec le code de la route.

Les signataires de ce manifeste demandent au gouvernement et à leurs députés de mettre la législation française en harmonie avec la Convention des Droits de l'Enfant comme le demande le Comité des Droits de L'Enfant de l'ONU, et de voter une loi spécifique qui interdise vraiment toute forme de violence à l'égard des enfants. Le texte de cette loi pourrait être semblable à celui de la loi danoise: « L'enfant a droit au soin et à la sécurité. Il faut agir de manière respectueuse vis-à-vis de l'enfant et ne pas lui infliger de punition corporelle ou autre traitement humiliant. »

Source : site de la maison de l'enfant


Un document pour aider les parents


Sur ce même site, vous trouverez un petit livret à télécharger ou à imprimer : "Sans fessée, comment faire? ", écrit par Catherine Dumonteil Kremer et illustré par Elsa Pastor :

-


"Notre enfant en grandissant nous pose beaucoup de défis, et nous sommes quelquefois surpris par nos réactions qui ne correspondent pas à ce que nous aurions souhaité.

Sous l’emprise de la colère, il arrive que nous les frappions, que nous les punissions, que nous leur fassions peur. Nous savons aujourd’hui que la peur n’est pas un moteur efficace pour l’apprentissage, bien au contraire, effrayé, un enfant est sidéré et il ne peut pas comprendre ce que l’on attend de lui.

De plus les conséquences négatives à long terme sur sa santé, son comportement, sa capacité à être en relation avec les autres ont été clairement démontrées et s’avèrent décisives pour son avenir.

Nous avons peu de pistes pour faire autrement,
mais la réflexion des parents et leur expérience dans ce domaine commencent à s’étoffer..."

Voir le livret
Edité par csv, le 18/04/10 à 07:39

Commenter l'article 22 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >



Rejoignez le MAN Aveyron sur les réseaux sociaux

-

Page Facebook du MAN Aveyron








Se former à la régulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Programme des stages individuels proposés par l'IFMAN sud-ouest





"Une expérience en Aveyron à l'écoute des enfants"

-


Télécharger le document (3 Mo)




-

Ce site a été développé et est hébergé par l'association ""Naucelle Web Site"

Google


conflitssansviolence.fr
www
1449 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 141459

Système Interactif Rédactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site