Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dénouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
16/12/2018 n 13:51
RELATIONNELn Article n°123.1 n 03/11/18 n 18:42 n Editeur : csv
15 novembre 2018
Nouvelle tentative législative contre la violence
éducative ordinaire


Nous relayons ci-dessous le communiqué de l'Observatoire de la Violence Educative Ordinaire concernant un nouveau projet de loi tentant de faire entrer dans la législation l'interdiction des "violences éducatives" (ce qui n'a rien à voir avec le laxisme ou la permissivité…) 54 pays au monde sont déjà "abolitionnistes".

En Europe, seuls 5 pays dont la France refusent encore de se mettre en conformité avec les conventions internationales qu'ils ont signées. Ce projet de loi est à objectif pédagogique et ne prévoit pas de sanctions pénales.


-


Communiqué de l'OVEO :

"Une nouvelle proposition de loi relative à l’interdiction des « violences éducatives ordinaires » (VEO) sera inscrite par le MoDem à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale lors de sa niche parlementaire du 29 novembre 2018.

Cette proposition de loi, à l’initiative de Maud Petit, est signée par 50 députés et soutenue par des élus de tous bords politiques.

Il s'agit de la troisième tentative pour que la France interdise clairement la violence éducative ordinaire à l’encontre des enfants.

Notre pays deviendrait alors le 24ème pays d’Europe à voter une telle loi.

Dès sa création, l’OVEO s’est mobilisé pour que les enfants puissent bénéficier des mêmes droits que tout un chacun dans notre pays, notamment le droit au respect absolu de leur intégrité corporelle et psychique. Nous nous félicitons de cette nouvelle initiative et soutenons totalement ce premier pas qui devra nous conduire à l’avènement d’un accompagnement respectueux de tous les enfants où qu’ils se trouvent.

Cette nouvelle proposition de loi appelle à la mise en place d’une politique de sensibilisation, et de soutien à la parentalité, ce qui nous semble être un élément essentiel à une évolution des mentalités et à un changement de regard sur l’enfant.
C’est bien pour aller dans ce sens que nous souhaitons que les débats à l’Assemblée nationale permettent l’adoption d’une loi totalement protectrice du droit des enfants. Et pour cela, elle doit intégrer certaines dispositions :

- Elle doit abroger explicitement le droit de correction et interdire toute forme de punition corporelle, violence physique ou psychologique, si légères soient-elles, quelle qu’en soit la fréquence ou la gravité, y compris dans un but éducatif, dans tous les contextes et tous les lieux d’accueil, de soin et de protection, y compris dans la famille.

- Pour éviter toute ambiguïté juridique, en lieu et place de « souffrance psychologique », la loi doit intégrer clairement la notion de « violence psychologique » exercée sur autrui, qui est la référence explicite figurant dans le Code pénal.

Si une telle loi est adoptée, la France pourra enfin se considérer comme un pays qui traite ses enfants comme des êtres humains à part entière."
Edité par csv, le 15/11/18 à 17:35

Commenter l'article 123 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >



Rejoignez le MAN Aveyron sur les réseaux sociaux

-

Page Facebook du MAN Aveyron








Se former à la régulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Programme des stages individuels proposés par l'IFMAN sud-ouest





"Une expérience en Aveyron à l'écoute des enfants"

-


Télécharger le document (3 Mo)




-

Ce site a été développé et est hébergé par l'association ""Naucelle Web Site"

Google


conflitssansviolence.fr
www
1434 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 98594

Système Interactif Rédactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site