Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dénouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
24/04/2019 n 02:50
POUR APPROFONDIRn Article n°32.1 n 14:09 n 13/01/11 n Editeur : csv
14 janvier 2011
Témoins de violence - briser le silence


"Témoins de violence : briser le silence". Tel est le titre du dernier numéro de la revue Non-Violence Actualité. Dans une position non choisie, se taire, c'est parfois être complice. Mais être témoin est aussi un rôle qui s'apprend :

-


"Parmi toutes les définitions proposées par le dictionnaire, la plus générale présente le témoin comme « celui qui assiste involontairement à un événement, à un fait ». Embarqué sans l’avoir voulu dans une histoire qui n’est pas la sienne, le témoin de violence ne sort pourtant pas indemne de la situation. Soumis le plus souvent à un choc émotionnel, il ne manquera pas de s’interroger, longtemps après, sur le bienfondé de son comportement et sur ce qu’il aurait pu faire.

Auteurs et victimes de violences ont des statuts bien identifiés, des lois condamnent les uns, protègent les autres, des structures professionnelles proposent aux uns et aux autres soin et accompagnement. Les témoins, par contre, ont une existence plus diffuse, menacés dans leur existence sous l’effet conjugué de l’individualisme et de la politique de la peur : il n’est pas facile de se confronter aux risques d’une intervention dans un environnement social qui n’y incite guère. La loi qui oblige à porter assistance à toute personne en danger sera-t-elle le dernier rempart à cette apathie ?

Par sa présence (involontaire) et son action (adaptée, si possible), le témoin peut devenir le tiers susceptible de rompre la confrontation binaire agresseur/victime pour tenter de limiter la violence, sans pour autant se prendre pour un sauveur ou un justicier. Le témoin est un citoyen actif, qui fait preuve dans sa vie quotidienne d’un certain souci de l’autre, d’une empathie envers ses semblables. D’une manière générale, l’indifférence, la résignation et la peur ne font pas partie de ses comportements spontanés. Ce n’est pas davantage un adepte de la curiosité malsaine. S’il intervient, c’est en ayant évalué les risques pour ne pas se retrouver en difficulté.

En situation de violence récurrente, lorsque chacun subit sans rien dire, que personne ne se révolte, l’agresseur finit par imposer son ordre. Se taire équivaut parfois à une forme de complicité. Briser la loi du silence est donc le premier pas pour faire reculer la violence. Le témoin va chercher à intervenir, directement ou indirectement, seul ou avec d’autres, ne serait-ce qu’en appelant les secours. Il manifeste ainsi une solidarité avec la victime et donne une chance à la justice. Être témoin est une responsabilité exigeante qui s’apprend. Le théâtre forum est l’un des outils de cet apprentissage."

Lire la présentation et commander en ligne
Edité par csv, le 14/01/11 à 19:53

Commenter l'article 32 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >


Rejoignez le MAN Aveyron sur les réseaux sociaux

-

Page Facebook du MAN Aveyron









Tous les derniers mardi du mois : venez participer à un "cercle du silence" pour soutenir les sans-papiers, carrefour Saint-Etienne à Rodez à 18 h





Se former à la régulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Télécharger la plaquette de présentation des IFMAN



-

Ce site a été développé et est hébergé par l'association ""Naucelle Web Site"
*/centre*

Google


conflitssansviolence.fr
www
1449 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 189380

Système Interactif Rédactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site