Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dénouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
19/03/2019 n 17:17
LU POUR VOUSn Article n°15.1 n 09:45 n 01/02/09 n Editeur : csv
Leonardo Boff
Guerre contre la terre : ils n’aiment pas la vie

février 2009

-
Dans le contexte de la crise économique, écologique, climatique, énergétique et alimentaire, il ne suffira pas de changer les règles du système néo-libéral mais aborder la crise dans sa globalité.

Des solutions existent. Elles passent par un désarmement général : mais elles supposent que l'on passe à un autre modèle de l'"être humain, vorace et irresponsable, qui aime mieux la mort que la vie, qui préfère le profit à la coopération et qui choisit le bien-être individuel plutôt que le bien général de toute la communauté de vie".


"La recherche d’une issue à la crise économique et financière mondiale présente plusieurs dangers.
Le premier danger, c’est que les pays riches cherchent des solutions pour résoudre leurs propres problèmes tout en oubliant le caractère interdépendant des économies des autres pays. L’inclusion des pays émergeants représente peu de chose et leurs propositions sont rarement prises en compte. Ce qui continue à prévaloir dans la crise, c’est la logique néo-libérale qui attribue la part léonine aux plus riches.

Le deuxième danger, c’est de perdre de vue les autres crises mondiales: écologique, climatique, énergétique et alimentaire. Si l’on se concentre uniquement sur la question économique sans tenir compte des autres crises, c’est insoutenable à moyen terme. Il faut se souvenir de ce que dit la Charte de la Terre : « Nos défis environnementaux, économiques, politiques, sociaux et spirituels sont étroitement liés entre eux et c’est seulement si nous les traitons tous en même temps que nous pourrons forger des solutions équitables ». (Préambule).

Le troisième danger, beaucoup plus grave, consisterait à améliorer seulement les règles existantes, au lieu de chercher des alternatives, avec l’illusion que le vieux système néo-libéral garde toujours la capacité de devenir créatif dans le chaos actuel.

Le vrai problème, ce n’est pas la Terre. Elle peut continuer sans nous et, sans nous, elle continuera d’exister. La question principale, c’est l’être humain, vorace et irresponsable, qui aime mieux la mort que la vie, qui préfère le profit à la coopération et qui choisit le bien-être individuel plutôt que le bien général de toute la communauté de vie. Si les responsables des décisions globales ne prennent pas en compte l’interdépendance de toutes ces questions et s’ils ne forgent pas une coalition des forces capables de les équilibrer entre elles, alors, nous serons littéralement perdus.

S’il existait vraiment un minimum de bon sens chez les dirigeants du monde, on pourrait facilement trouver une solution au cataclysme économique et aux principaux problèmes d’infra-structure de l’humanité. Il suffirait de procéder à un désarmement général très ample, puisqu’il n’existe plus d’affrontement entre les puissances militaires. Mais on sait que la fabrication des armes, favorisée par le complexe militaro-industriel, est la meilleure source de profit du capital. Le budget militaire mondial est de l’ordre de mille cent milliards de dollars par an. Seulement en Irak, depuis le début de la guerre, on a déjà dépensé deux mille milliards de dollars. Et pour cette année 2008, le gouvernement des Etats-Unis s’est engagé dans une dépense d’armement supérieure à 1,5 mille milliards de dollars.

Des études faites par des organisations de Paix ont révélé qu’avec seulement 24 milliards de dollars par an, c’est à dire à peine 2,6% du budget militaire total, on pourrait réduire de moitié la faim dans le monde. Avec 12 milliards de dollars, soit 1,3% de ce budget, on pourrait assurer la santé reproductive de toutes les femmes de la Terre.

C’est avec un grand courage que l’actuel Président de l’Assemblée de l’ONU, le Père Miguel d’Escoto du Nicaragua dénonçait, dans son discours inaugural à la mi-octobre, le fait qu’il existe environ 31.000 ogives nucléaires en dépôt dont 13.000 dans diverses parties du monde et 4.600 en état d’alerte maximum, c'est-à-dire, prêtes à être lancées en quelques minutes. La puissance de destruction de ces armes est environ de 5.000 mégatonnes. Cette puissance de destruction équivaut à 200.000 fois celle de la bombe lancée sur Hiroshima. Ajoutée aux armes chimiques et biologiques, on pourrait détruire toute l’espèce humaine de 25 façons différentes. Réclamer le désarmement, ce n’est pas une demande ingénue, mais c’est être rationnel et garantir la vie de ceux qui aiment la vie et qui fuient la mort. Et pourtant, à présent, on préfère la mort.

Cette seule description montre bien que l’humanité est en grande partie constituée par des gens irrationnels, violents, obtus et ennemis de la vie et d’eux-mêmes. La nature de la guerre moderne a changé substanciellement. Autrefois, « ne mourraient que ceux qui partaient à la guerre ». Maintenant ce n’est plus le cas et les principales victimes sont des civils. Sur cent morts dans une guerre, 7 sont des soldats et 93 sont des civils, dont 34 sont des enfants. Dans la guerre d’Irak, au moins 65.000 civils sont déjà morts et seulement 3.500 soldats alliés.

On assiste actuellement a quelque chose d’absolument inédit et d’une extrême irrationnalité : la Guerre contre la Terre. Avant, on faisait toujours la guerre entre armées, entre pays et entre nations. Maintenant, tous unis, nous faisons la guerre contre « Gaïa », la Terre ; nous ne perdons pas un seul moment sans l’agresser et l’exploiter jusqu’à répandre tout son sang. Et de plus, nous invoquons la légitimité divine pour justifier notre crime en disant que nous accomplissons l’ordre divin de la Bible: « Multipliez-vous, remplissez la Terre et soumettez-la ». (Genèse 1, 28).

En faisant cela, jusqu’où allons-nous aller ?... Sûrement pas vers le royaume de la Vie."

Leonardo Boff, théologien brésilien
Alai Amlatina. Décembre 2008.
Traduit par Francis Gély

Edité par csv, le 02/02/09 à 19:14

Commenter l'article 15 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >


Rejoignez le MAN Aveyron sur les réseaux sociaux

-

Page Facebook du MAN Aveyron





Sommaire de la rubrique :

"Le MAN Aveyron a lu pour vous" (depuis 2013)

"Le MAN Aveyron a lu pour vous" (2008 à 2012)

Des adhérents vous proposent des textes...






Tous les derniers mardi du mois : venez participer à un "cercle du silence" pour soutenir les sans-papiers, carrefour Saint-Etienne à Rodez à 18 h





Se former à la régulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Télécharger la plaquette de présentation des IFMAN (2.14 MB)



-

Ce site a été développé et est hébergé par l'association ""Naucelle Web Site"

Google


conflitssansviolence.fr
www
1449 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 130658

Système Interactif Rédactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site