Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dénouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
15/08/2018 n 21:19
LU POUR VOUSn Article n°124.1 n 19/06/18 n 06:00 n Editeur : csv
19 juin 2018
Aquarius : le J'accuse de Christiane Taubira


Dans une tribune du JDD du 17 juin 2018, l'ancienne ministre de la Justice Christiane Taubira revient dans une longue tribune au JDD sur les désaccords entre pays européens autour de l'accueil des 629 migrants sauvés en mer Méditerranée par l'Aquarius.

Elle évoque à cette occasion d'autres crises migratoires que l'Europe a dû affronter par le passé : la guerre d'Espagne, les Boat people, la guerre des Balkans.

"Il n'est pas question de dire ici qu'il est simple d'accueillir", écrit-elle, "mais le fait est : la société ne s'est ni effondrée ni même affaiblie" après ces grandes crises. Voici un extrait de sa tribune :


-
Christiane Taubira - Photo : les Inrockuptibles - 17/06/2018

"Janvier 1939. Barcelone tombe aux mains des franquistes, auxquels fascistes et nazis ont prêté main-forte. Ils sont un million, en noir et blanc sur les photos d'alors, à traverser les Pyrénées. Des combattants républicains et surtout des femmes, des enfants, des hommes ordinaires, et Antonio Machado, qui repose à Collioure. Ni le choc esthétique du Guernica de Picasso, ni L'Espoir, de Malraux, ni les écrits brûlants de Camus, ni Les Grands Cimetières sous la lune, de Bernanos, pas plus que les lettres de Simone Weil n'adouciront leur sort. Ils sont regroupés, isolés, mal nourris. L'inactivité, le désespoir, les conditions d'hygiène, l'hiver ont raison de nombre d'entre eux.

Tandis que le gouvernement pérore, des associations organisent la solidarité. "Du lait pour les enfants d'Espagne", disent alors les affiches. La collecte va bon train. Des bénévoles s'activent, comme sur l'Aquarius aujourd'hui. Ces réfugiés espagnols seraient 600.000 à être restés dans leur patrie d'accueil. Qui alléguerait aujourd'hui qu'ils l'aiment moins que ceux qui y naquirent par hasard ?

"Il n'est pas question de dire ici qu'il est simple d'accueillir. Il ne s'agit ni d'enjoliver, ni de banaliser, ni même de dédramatiser"


Boat people. Deux mots secs. Pour dire l'effarement devant les images. De frêles embarcations, surchargées, photographiées de haut, comme perdues au mitan d'une mer sans rivage. En 1975, ils viennent de loin, du Vietnam et du Cambodge. Ils échappent aux représailles de fin de guerre ou fuient les Khmers rouges du "Kampuchéa démocratique". Ils sont des dizaines de milliers. Cette fois, le gouvernement laisse la Croix-Rouge et le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés organiser leur accueil en France. D'autres associations viennent à la rescousse. Comme sur l'Aquarius aujourd'hui. Ces réfugiés vietnamiens et cambodgiens firent ici leur vie et leurs enfants. Qui alléguerait que…?

La guerre d'Algérie prend un tournant. Décisif. Ils reviennent, les mains nues et pour la plupart inconsolables. Ils sont français, certes, mais partis depuis longtemps ou nés là-bas. Ils sont pieds-noirs, harkis, d'abord quelques milliers. De Gaulle et Peyrefitte sont inquiets, persuadés que la tâche est insurmontable. Où trouver du travail, des logements, des écoles ? Ils seront un million en trois ans. Regroupés, maltraités, livrés au froid et à l'inaction. Les services sociaux sont débordés. Des bénévoles… comme sur l'Aquarius aujourd'hui. Ils ont refait leur vie. Leurs enfants ont grandi. Avec des souvenirs, un peu d'amertume, beaucoup de fierté et une grande combativité. Qui alléguerait que… ?

A l'orée de la décennie 1990, la guerre des Balkans jette sur les routes d'Europe des colonnes silencieuses et accablées, invariablement composées d'enfants au regard étonné, de femmes qui s'obstinent à rester propres et dignes, d'hommes qui tentent de brider l'humiliation de n'être qu'un parmi d'autres dans une foule. Ils sont nombreux à être repartis, dès l'ombre de la paix revenue.

Il n'est pas question de dire ici qu'il est simple d'accueillir. Il ne s'agit ni d'enjoliver, ni de banaliser, ni même de dédramatiser. Ce n'est pas un conte. La population augmenta par pics et il en résulta sans doute des pressions sur les services publics, il fallut partager, il y eut des tensions. Mais le fait est : la société ne s'est ni effondrée ni même affaiblie. Elle absorba une part du monde et s'en épanouit, dans sa langue, sa gastronomie, ses arts, ses artisanats, sa littérature…

"Jamais dans l'histoire, lorsqu'il fallut accueillir une part du monde, la société ne s'est effondrée ni même affaiblie"


Non, il ne s'agit pas de banaliser. Les époques ne sont pas comparables, les personnes ne sont pas interchangeables, les histoires ne sont pas semblables. Il ne s'agit pas de dédramatiser. Oui, ce sont des drames qui se déroulent sous nos yeux. Drames de la guerre et des bombardements auxquels parfois nous prenons part. Drame des dictatures. Drame de la misère et de la pauvreté. Drame des bouleversements climatiques que notre consumérisme accélère. Drame de l'inefficacité de nos gouvernements martiaux contre les criminels de la traite des personnes.

L'Europe avait une occasion d'exister, de retrouver son magistère éthique sur une scène internationale pleine de fracas, où prospèrent la crânerie, la fourberie, l'ivresse de l'impunité, le désarroi. Elle avait l'opportunité et la capacité de prouver que ses chartes et conventions ne sont pas que chiffons de papier. Ce faisant, elle acquérait l'autorité morale pour impulser cette "gouvernance mondiale des mobilités humaines", urgente et indispensable, dont, avec d'autres, Mireille Delmas-Marty a exposé le bien-fondé.

Au lieu de cela, la panique gagne. La chancelière recule, l'Italie bascule, et chez nous, la parole officielle fait des gammes sur la misère du monde après des trémolos sur les personnes sans abri et les personnes réfugiées qui, en quelques mois, étaient censées ne plus se trouver à la rue. Chez nous encore, des porte-parole font dans le marketing de l'oxymore avec la "fermeté-humanité". Chez nous toujours, des ministres font dans l'anglicisme de l'indécence sur le shopping et le benchmarking. Quand ce n'est pas carrément le silence… Pendant ce temps, dans toute l'Europe, cette impuissance fait la courte échelle aux extrémistes irresponsables et fanfarons. Espagne, notre lueur…"




Edité par csv, le 19/06/18 à 08:55

Commenter l'article 124 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >


Rejoignez le MAN Aveyron sur les réseaux sociaux

-

Page Facebook du MAN Aveyron





Sommaire de la rubrique :

"Le MAN Aveyron a lu pour vous" (depuis 2013)

"Le MAN Aveyron a lu pour vous" (2008 à 2012)

Des adhérents vous proposent des textes...






Tous les derniers mardi du mois : venez participer à un "cercle du silence" pour soutenir les sans-papiers, carrefour Saint-Etienne à Rodez à 18 h





Se former à la régulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Télécharger la plaquette de présentation des IFMAN (2.14 MB)



-

Ce site a été développé et est hébergé par l'association ""Naucelle Web Site"

Google


conflitssansviolence.fr
www
1398 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 10174

Système Interactif Rédactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site