Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dénouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
24/04/2019 n 02:18
INTERNATIONALn Article n°55.1 n 07/02/10 n 16:30 n Editeur : csv
8 février 2010 - Inde
Colloque international : Vers une économie non-violente



Un Colloque international s'est tenu du 30 janvier au 3 février à Bhopal sur le thème : “Vers une économie non-violente”. Il était co-organisé par Ghandi International et Ekta Parishad. Il rassemblait des militants et des chercheurs du monde entier soucieux d’une économie au service de l’homme dans le respect de l’environnement, et était plus particulièrement orienté sur la situation des pays du Sud

-En 2007, Rajagopal et Ekta Parishad avait réuni 25 000 sans-terre et exclus pour une marche de 350 km


Les trois grands thèmes au programme du colloque étaient :

- Satisfaire les vrais besoins individuels et collectifs,

- Décentraliser et relocaliser l'activité économique,

- Soumettre l'activité économique à l'éthique du bien commun.


A l’occasion du 62e anniversaire de la mort du Mahatma Gandhi, et dans le cadre de l’Année Européenne de Lutte contre la Pauvreté et l’Exclusion Sociale, Karima Delli, Députée européenne d’Europe Écologie et membre de la Délégation du Parlement européen pour l’Inde était présente au colloque et a déclaré :

"La violence sur laquelle repose notre système économique est la cause des graves inégalités sociales et environnementales dont les plus pauvres sont les victimes. La transformation écologique et sociale des sociétés industrielles est une façon de lutter contre cette violence. C’est pour cela que je prône ici, en Inde, comme nous le faisons en France et en Europe avec Sauvons les Riches, l’idée d’un revenu maximum admissible et de son corolaire, le revenu minimum universel.»

Introduisant le colloque, Louis Campana de Gandhi International a déclaré en introduisant le colloque :

"Si une once d’humilité existait parmi les grands de ce monde, on aurait pu entendre ces derniers temps des déclarations du type : "Nous avons fait fausse route, ce modèle économique nous mène à une catastrophe universelle écologique, économique, sociale, financière, à des frustrations, des insurrections et des guerres. Dans nos sociétés en déficit de sens (direction, signification), la boulimie et la folie des grandeurs des uns sont aussi grandes que la misère et la désespérance des autres".

Mais non, pas du tout, on nous parle avec sérieux d’une crise passagère dont nous allons bientôt sortir pour pouvoir continuer comme avant, avec quelques réformes des règles bancaires, quelques limitations des revenus des traders, quelques options pour les énergies renouvelables, avec la même révérence au dogme de la compétition, à l’ouverture totale des marchés alimentaires, à l’arme nucléaire…

Quatre milliards d’humains voués à la misère, dont un souffre de la faim ou des maladies liées à la malnutrition, la crise écologique, les fléaux climatiques présents et annoncés, la perte de biodiversité, la crise alimentaire, la crise économique, la faillite financière, les revenus insensés des uns et les frustrations des autres, etc. On nous présente tous ces maux au mieux comme des petites erreurs à corriger, au pire comme la conséquence du sort, du climat, de la malchance des uns ou de l’intelligence des autres."

D’où cette dernière question : "Doit-on laisser libre cours à une économie débridée qui ravage la planète, enrichit une minorité et conduit à la misère des milliards d’êtres humains, ou doit-on mettre en oeuvre dans le domaine économique une éthique du bien commun ?

Nous sommes à Bhopal, une des villes les plus anciennes de l’Inde. Depuis la tragédie du 3 décembre 1984, le site industriel toujours pollué d’Union Carbide est le symbole de la souffrance d’innocents, victimes de tant de multinationales irresponsables dont l’arrogance est proportionnellement inverse à leur courage.

À Bhopal se trouve aussi le siège du mouvement Ekta Parishad, syndicat non-violent des paysans sans terre, des pauvres et des exclus de l’Inde.

Nous ne ferons pas que réfléchir durant trois jours à ce que pourrait être une économie non-violente, puisque durant la quatrième journée nous vous proposerons de mettre en oeuvre nos paroles par l’action : nous prévoyons une mobilisation internationale coordonnée et simultanée sur tous les continents en 2012 à l’occasion de la marche Jansatyagraha de 100 000 personnes sur Delhi. Le point d’orgue de ces actions se situera entre le 2 octobre, journée mondiale de la non-violence, et le 17 octobre, journée mondiale de lutte contre la misère."

Balamurali Balaj donne des éléments de son intervention sur gandhitopia.org :

"Comme nous le savons par Gandhi, «le commerce sans morale" est l'un des sept péchés sociaux. L'économie non-violente est celle qui acquiert et développe la puissance et la richesse par des moyens légitimes et respectueux des valeurs morales. L'économie ainsi obtenue devra mettre en place une politique commerciale non par l'exploitation des nations et des peuples, mais en prenant en compte les valeurs humaines et le commerce dans des proportions équilibrées.

La nation qui adopte les principes économiques de la non-violence doit s'abstenir d'utiliser l'argent et le pouvoir pour embrouiller le peuple, et pour dominer le monde. C'est la même politique non-violente des politiques qui doit être adoptée, tout en réglementant le commerce et les échanges au niveau international.

Nous disons que l'économie est violente parce qu'elle favorise les riches et néglige les pauvres. C'est l'économie qui prêche les méthodes et les calculs qui blessent des millions de personnes dans leur quotidien. C'est l'économie qui abuse de la technologie et rabaisse la morale des nations et des personnes. C'est l'économie qui cache le vrai visage de ceux qui sont derrière les catastrophes et les crises. Globaliser une économie aussi destructice devient de plus en plus criminel et dangereux."


Voir aussi le communiqué du consulat de France à Bombay

Rappel sur la catastrophe de Bhopal sur le blog "Ils ont faim et nous avons soif de justice" et sur le site d'Amnesty International

Lire sur le blog "Chroniques indiennes" à propos de la marche de 100 000 personnes sur Delhi en 2012




Edité par csv, le 16/02/10 à 07:34

Commenter l'article 55 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >


Rejoignez le MAN Aveyron sur les réseaux sociaux

-

Page Facebook du MAN Aveyron











Tous les derniers mardi du mois : venez participer à un "cercle du silence" pour soutenir les sans-papiers, carrefour Saint-Etienne à Rodez à 18 h





Se former à la régulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Télécharger la plaquette de présentation des IFMAN



-

Ce site a été développé et est hébergé par l'association ""Naucelle Web Site"

Google


conflitssansviolence.fr
www
1449 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 189338

Système Interactif Rédactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site