Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dénouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
24/04/2019 n 02:17
INTERNATIONALn Article n°100.1 n 15/02/11 n 13:08 n Editeur : csv
16 février 2011 - Egypte
Leçons d'une révolution non-violente (1)


Lu pour vous sur le site "Waging Nonviolence" :

Le peuple égyptien vient de remporter une grande victoire, célébrée dans le monde entier. Les possibilités qu'elle apporte pour la paix et la démocratie non seulement donnent de l'espoir à une région en proie à des régimes autoritaires et l'intervention occidentale, mais sont la preuve que l'action non-violente est bien vivante dans le monde musulman.

Malheureusement, ce dernier point est souvent ignoré de nos grands médias, dont les experts et les analystes connaissent si mal l'histoire et la dynamique de la non-violence. Aussi ne savent-ils pas comment interpréter ce qu'ils viennent de voir. Pour contrer cette lacune, le site "Waging Nonviolence" (USA) a demandé à un large éventail de penseurs éminents de donner leurs premières réflexions sur ce moment historique, les défis à venir et ce que cela signifie pour l'avenir de l'action non violente :

-


(1) Qu'est-ce qui vous est venu spontanément à l'esprit à l'annonce de la démission de M. Moubarak ?


- Srdja Popovic, fondateur, Centre for Applied Nonviolent Action et stratégies (Canvas) :

"C'est une nouvelle vague de révolutions non violentes qui peut libérer des millions et inspirer des dizaines de millions peut-être qui est en cours. La situation actuelle en Egypte pourrait très bien être l'événement géopolitique le plus important depuis le 11 Septembre, le fait qu'en moins de deux mois, près de cent millions de personnes de la Tunisie et l'Egypte aient remporté la possibilité d'élargir leur liberté et de construire la démocratie. Cela pourrait bien conduire à une énorme vague de changement social non violente à l'échelle de qui elle a eu lieu dans les années 1980 en Europe de l'Est "

- Kathy Kelly, co-coordonnattrice, "Voices for Creative Nonviolence" :

"En 2011, les militants égyptiens posent, avec force, un exemple à célébrer dans le monde par cette campagne révolutionnaire pour renverser le dictateur, Hosni Moubarak. Une comparaisons décisive doit être faite entre les Etats-Unis et la campagne de l'OTAN qui prétend viser à fournir la démocratie en Irak et en Afghanistan et les moyens utilisés par une écrasante majorité non-violente de militants égyptiens. les places publiques de l'Egypte ont été submergées de personnes qui ont fait face à une dictature menaçante soutenue par les arsenaux militaires des États-Unis et les exigences d'Israël que l'on appelle un allié . Par l'utilisation de multiples moyens d'action non-violente afin d'aggrandir leur nombre, les militants égyptiens accompagnés par des foules de gens ont amené à la chute de l'Etat policier. En revanche, les invasions de l'Irak et l'Afghanistan, pour n'en citer que deux des pays vers lesquels les États-Unis est déterminé à apporter la démocratie, ont coûté des centaines de milliers de vies. les sauvages attaques des États-Unis ont détruit des quartiers, des infrastructures, des vies et des moyens de subsistance, tout cela au nom de la propagation des valeurs démocratiques des Etats-Unis. Les militants égyptiens qui ont organisé minutieusement, avec zèle et intelligence leurs campagnes pour un avenir véritablement démocratique, sont enracinés dans les idéaux qui sont, aujourd'hui, emblématique. Laissez-nous savourer la solidarité avec humilité et d'espoir."

Mc Carthy Colman, directeur du Center for Teaching Peace :

"Avant de se joindre à la célébration du renversement de Moubarak, le gouvernement des États-Unis doit présenter des excuses au peuple égyptien pour ses 30 ans de soutien à ce dictateur ignoble par des dizaines de milliards de dollars. Les États-Unis l'ont fait sans vergogne, bien conscients de la violence de Moubarak avec les dissidents et aussi de ce qu'il a pris notre argent et s'en est servi ensuite acheter des armes auprès des entrepreneurs militaires américains.

Depuis 30 ans, l'un après l'autre-l'administration Reagan, Bush 1, Clinton, Bush 2 et Obama ont été complices des crimes majeurs que Moubarak a commis contre le peuple égyptien. Pour Obama, se joindre aux applaudissements des manifestants au Caire -comme sans doute Clinton et les Bush vont le faire avec leurs mains tachées de sang- donne à penser qu'il est intellectuellement insensible à la réalité des mauvaises politiques étrangères américaines. Cela devrait être le moment où son administration viendrait nous dire quelles entreprises ont profité des ventes d'armes à Moubarak, et rendrait public tous les types d'oppression que Moubarak a commis sur son peuple alors que nous n'arrêtions pas de lui envoyer de l'argent pour le faire."

Dennis Dalton, professeur émérite, Barnard College :

"Il est remarquable de voir comment le monde se joint à cette célébration d'une victoire de la lutte non-violente. Je suis en ce moment au milieu d'une tournée de conférences sur Gandhi autour de la Nouvelle-Zélande, et quand Moubarak a annoncé qu'il quittait, il y a eu une réaction immédiate de joie particulièrement à Wellington, bien sûr, parmi les forts contingents de militants de la paix qu'il y a ici. À quand remonte la dernière fois où les gens du monde entier ont exprimé cette jubilation pour un événement politique ? C'est un cas classique de la pertinence de l'énergie non-violente. Je suis en admiration devant la détermination et le courage des manifestants et je veux ajouter à celles de ces millions de personnes, mes meilleurs vœux de succès. Ils méritent la démocratie qui peut-être finalement est née en Egypte, précisément parce qu'ils ont adhéré à l'action non-violente "

Cynthia Boaz, professeur adjoint, Sonoma State University :

«Je n'ai pas été surpris (mais très heureuse !). Il était très clair dès le premier jour que le mouvement en Egypte avait planifié ses actions avec soin et qu'il a été efficace dans la transmission de la nécessité à la fois d'une pression soutenue sur le régime et d'une stricte discipline non-violente. Malgré les représentations des médias qui disent le contraire, l'insurrection en Egypte n'a pas été spontanée et dans l'ensemble, le mouvement était meilleur en stratégie, discipline, adaptation et en compréhension de l'adversaire que le régime. Le moment le plus révélateur est comment, après les premiers moments de répression, la résistance est devenue encore plus galvanisée et déterminée."


Mohammed Abu-Nimer, directeur de l'Institut de la consolidation de la paix et du développement , Université américaine :

«J'ai pensé aux larmes de mon ami le Dr Emad Siyam, qui a été assis dans la place Tahrir, depuis le 25 janvier. Il a été en prison 18 fois, par ce régime et le précédent aussi".

-


(2) Quel sens donne ce mouvement pour l'avenir de l'action non-violente dans le monde ?

- Jack DuVall, président de l'International Center for Nonviolent Conflict :

"L'impact réel de la Tunisie sur les Égyptiens a été de leur permettre de se dire que si les Tunisiens pourraient le faire, pourquoi eux ne pouvaient-ils aussi le faire? les Iraniens pourraient réagir de manière similaire. La résistance civile exige du courage et de la stratégie, mais le seuil en est abaissé quand on sait ce que d'autres ont ressenti, convoqués par l'histoire. Dans le même temps, il est sage de ne pas trop en rajouter sur ce qui s'est passé. L'effet de l'influence extérieure ou la promotion du pouvoir du peuple est exagérée par ses partisans ainsi que par les régimes et les fournisseurs de désinformation qui les attaquent. Mais les cas de réussite comme celle de l'Egypte sont une leçon pour des étudiants sérieux, et en ce moment le Moyen-Orient est une immense école.

Au niveau mondial, je suis préoccupé de ce que l'utilisation de Facebook et des autres médias sociaux dans la mobilisation des manifestants en Egypte peut tromper les groupes de protestation en leur faisant croire qu'ils ont formé un mouvement alors qu'ils ne l'ont pas. Depuis plusieurs années en Egypte, des dissidents politiques, syndicalistes, avocats s'intéressent aux droits de l'homme, des groupes des droits des femmes, des Coptes, des Bédouins et des musulmans étaient étaient en train de s'organiser, de développer leur discours protestataire et se faire connaître les uns des autres. La révolution égyptienne n'était pas un "flash mob", et n'aurait pas pu réussir sans cette large coalition malgré des intérêts différents, qui avait étudié et planifié... Il incombe à ceux d'entre nous qui étudient et parlent de résistance civile de se concentrer sur les besoins réels d'organisation, de mobilisation et de réflexion stratégique, de sorte que l'euphorie de l'Egypte ne donne pas à croire que ce nouveau type de pouvoir populaire va tout emporter avec lui. L'homme politique américain Tip O'Neill a une fois dit la célèbre phrase, « toute politique est locale ». Cela s'applique en particulier au rassemblement des divers éléments de la lutte non-violente "

- Reza Aslan, professeur agrégé, Université de Californie, Riverside :

"Cela signifie que le paradigme fixé par le Mouvement Vert en Iran et mis e noeuvre à la perfection en Tunisie et en Égypte deviendra le principal moyen de protestation sociale dans le reste du Moyen-Orient."


- Mary Joyce, fondateur et directeur Directeur, Projet Meta-activisme

"En vérité, l'après-révolution permettra de déterminer si l'Egypte est perçue par les uatres peuples comme un exemple à imiter, mais à ce stade, elle est un formidable exemple de la manière dont le pouvoir d'un peuple pacifique peut l'emporter contre une terrible tyrannie."

- Juergensmeyer Mark, Directeur, Center for Global Orfalea & International Studies, University of California, Santa Barbara

"Je me suis rappelé le triomphe du peuple philippin sur le régime de Marcos, le mouvement d'indépendance de l'Inde, et la lutte pour les droits civiques aux États-Unis. Mais je pensais aussi à l'échec de la révolution de la Place Tienanmen et de la révolution verte en Iran. Une victoire comme celui de la place Tahrir, est certainement douce et qui vous fait croire, comme Martin Luther King l'a dit, que l'arc de l'histoire se orienté vers la justice. Mais quand les mouvements non-violents semblent ne pas aboutir, je crois qu'ils n'ont jamais vraiment échoué : leur expérience contribue à créer des ressources pour les résoudre et pour les luttes à venir. Je crois que les partisans des droits de l'homme et des libertés politiques en Iran et la Chine verront leur jour venir"

- Jamila Raqib, directeur général, Albert Einstein Institution

"Les événements ont permis de façon très efficace et spectaculaire de dissiper certaines idées fausses largement répandues sur cette technique d'action et sa pertinence pour les groupes à travers le monde qui luttent pour une variété d'objectifs. Ces idées fausses sont :

1. l'emprise prétendument inébranlable que les dictatures et les régimes autoritaires,

2. et l'impuissance preçue des groupes d'opposition et de ceux qui s'efforcent de changer les chose face à la puissance semblant invulnérables de ces dirigeants autoritaires.

3. La fausse croyance en la violence comme l'outil le plus puissant à la disposition des personnes qui luttent pour le changement, en dépit d'une multitude d'exemples historiques qui réfutent cette hypothèse.

4. La vision erronée de formes non-violentes de résistance comme étant faibles et inefficaces, ou que l'action non-violente dépend de "conversion du cœur de l'adversaire» (une expression souvent utilisée).

5. Et enfin, les autres fausses hypothèses personnes sur la supposée nature violente qui serait inhérente aux musulmans et aux Arabes"

- Srdja Popovic , fondateur du Centre d'action non-violente et les stratégies appliquées (Canvas)

"L'Egypte a toujours joué un rôle crucial au Moyen-Orient. Elleest de loin le plus grand pays arabe. Toutefois, elle a été essentiellement une entité gelée depuis la guerre froide. Ce que nous voyons est le changement en Egypte et cela aura des répercussions énormes sur le reste du Moyen-Orient. Sur la façon dont Israël pensera sa sécurité, sur les relations arabo-iraniennes. Le Caire est redevenu un joueur dynamique plutôt que statique, et un pouvoir populaire. Plus, le pouvoir du peuple en Egypte mobilise déjà des personnes opprimées à travers tout le monde arabe, et je m'attend à ce que nous voyons de nombreux troubles face à ceux qui tentent de maintenir une emprise ferme sur les jeunes, brillants et éduqués de pays comme l'Algérie, le Yémen ou l'Iran"

- Tom Hastings, Directeur de la Paix et la Non-violence, Université d'État de Portland

"Les modèles tunisien et égyptien sont un changement des règles du jeu pour le monde musulman, s'il le veut. Depuis quelque temps, la perception a été que c'était la violence ou rien, et que la non-violence était une notion occidentale ou d'Extrême-Orient qui ne s'appliquait pas. Or elle a été utilisée avec succès et les outils sont disponibles. Avec deux nouveaux alliés des Etats-Unis renversés par l'action non-violente, je pense que c'est vraiment la meilleure publicité pour la non-violence que nous n'ayons eue depuis longtemps »

- Cynthia Boaz, professeur adjoint, Sonoma State University

"C'est évidemment un exemple très inspirant et je pense que beaucoup de gens dans des endroits comme l'Iran, la Birmanie, le Bélarus, le Tibet, et ailleurs se sentent encouragés par le succès du peuple égyptien. Mais peut-être encore plus significative, la victoire de l'action non violente de masse en Égypte aura des implications pour les organisations terroristes dans le monde. Comme les méthodes non-violentes ont réussi, elles délégitiment la violence comme méthode de résistance et pour créer du changement. L'action non-violente offre une forme de lutte alternative réaliste (et puissante). Donc, la victoire d'aujourd'hui a la capacité d'endommager sérieusement les campagnes de recrutement des organisations terroristes. Et dans ce sens, le peuple de l'Egypte ont créé chez nous beaucoup de sympathie. En démontrant que l'action de masse non-violente par le peuple peut être plus efficace que l'insurrection violente, ils ont probablement rendu le monde un peu plus sûr pour nous tous "

- Mohammed Abu-Nimer, directeur de l'Institut pour la consolidation de la paix et le développement - Université américaine


"Les militants égyptiens nous ont donné un autre exemple puissant pour contrer le paradigme de la puissance et du "réalisme". Notre culture de la non-violence est de plus en plus forte à chaque événement de ce genre. Cela signifie que les sociétés arabes et du Moyen-Orient ont communautés de nouveaux signes d'espoir qui peuvent les inciter à se révolter pacifiquement et de manière non violente contre leurs régimes oppressifs "

-


(à suivre)
Edité par csv, le 24/02/11 à 07:31

Commenter l'article 100 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >


Rejoignez le MAN Aveyron sur les réseaux sociaux

-

Page Facebook du MAN Aveyron











Tous les derniers mardi du mois : venez participer à un "cercle du silence" pour soutenir les sans-papiers, carrefour Saint-Etienne à Rodez à 18 h





Se former à la régulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Télécharger la plaquette de présentation des IFMAN



-

Ce site a été développé et est hébergé par l'association ""Naucelle Web Site"

Google


conflitssansviolence.fr
www
1449 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 189332

Système Interactif Rédactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site