Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dénouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
23/04/2019 n 14:12
INTERNATIONALn Article n°177.1 n 08/02/13 n 15:17 n Editeur : csv
9 février 2013 - Guatemala
Un blocus non-violent pour s'opposer à l'ouverture
d'une mine d'or au Guatemala


Un peu partout dans le monde, et particulièrement dans les pays du sud, les multinationales avec la complicité des gouvernement locaux et des forces de police, imposent aux populations de grands projets sans le moinde souci d'en obtenir leur accord, ni celui de préserver leur environnement.

Un peu partout des populations se lèvent et résistent avec dignité et détermination à ces pillages et défendent leurs droits. Les femmes y prennent une place importante. L'exemple du blocus de la puya, au nord de la ville de Guatemala, est assez exemplaire. Dans un pays où les conflits souvent dégénèrent en violence, la résistance non-violente d'une communauté a obtenu plusieurs succès et le soutien de la communauté internationale.


-
Banderole : "Femmes en résistance"


"Les résidents des villages de San Jose del Golfo et San Pedro Ayampuc, à une heure au nord de la ville de Guatemala, refusent fermement l'ouverture d'une mine d'or dans leur région. Ils s'inquiètent des impacts sociaux, environnementaux sur leur santé que provoqueraient par cette mine avec de conséquences sur les générations à venir. Un acte spontané de désobéissance civile d’un femme s’est rapidement transformé en une organisation communautaire et un mouvement de résistance pacifique. Des hommes, des femmes et des enfants, à tour de rôle, ont passé 24 heures sur 24, sept jours sur 7, pendant plus de 10 mois, à bloquer d’ouverture du futur site minier.

Les organisateurs de la campagne sont connus sous le nom de « Communautés des résistants » affirment que le gouvernement n'a pas respecté l'obligation légale de consulter les communautés sur les projets qui les concernent. Ils disent aussi qu'ils n'ont pas eu l'occasion de présenter des observations sur l'évaluation de l’impact sur l'environnement du projet de la société minière. Dans le même temps, une série d'attaques contre des dirigeants communautaires - certains avec menace de mort - n'ont pas été entièrement élucidées.

-
Photo : Tono Reyes : "Si du sang coule ici, ce sera le nôtre"
Malgré les risques, les résidents ont remarquablement bien résisté, n'hésitant pas à mettre leur vie en danger pour protéger leur environnement. Ceux qui y participent, sont cependant clairement non-violents. « Si du sang coule ici », a déclaré Tono Reyes, un des responsables du mouvement de résistance, «  ce sera le nôtre. Nous nous sommes engagés à la paix ».

Le projet d'exploitation minière, d'abord propriété de la société canadienne Golden crops plus tard vendue à la firme d'ingénierie états-unienne Kappes, Cassiday & Associates (KCA), a reçu un permis d'exploitation minière pour une douzaine d'explorations et d'extractions couvrant une superficie de près de 5.000 hectares. La société s'attend à traiter environ 150 tonnes de matériau par jour provenant d'au moins trois sites d'extraction séparés, utilisant à la fois l'exploitation minière à ciel ouvert et en tunnel.

Dans une région déjà aride, où les familles ont parfois accès à l'eau potable seulement deux fois par semaine, la mine pourrait consommer plus de 40.000 litres d'eau par jour. Les propres services d’évaluation l'impact environnemental de KCA reconnaissent que la qualité de l'air serait touchée, ainsi que la flore, la faune, la terre végétale et la quantité d'eau disponible. Le sous-sol serait altéré de façon permanente ainsi que la possibilité de faire de l'agriculture dans l’avenir.

Bien que KCA se soit engagé à extraire l'or en utilisant une nouvelle technique qui pose moins de risques que la pratique courante consistant à utiliser du cyanure , on ne sait pas où l'entreprise prévoit de traiter ou de céder des résidus chimiques et quel impact cela aura localement sur l'eau et le sol.

Après que la société ait acquis le terrain en 2000, près d'une décennie a passée où les experts ont testé les localisations possibles de l'or - le tout sans information des communautés locales. Des étrangers allaient et venaient, parfois avec des chargements de roches et le sol dans des camionnettes, mais sans rien dire. Quand iles villageois ont découvert - par le biais d'un article de journal en 2010 - qu'il s'agissait d'une opération minière qui aurait une incidence sur au moins une douzaine de communautés et des milliers de familles, beaucoup ont été scandalisés. Les résidents ont alors tenté d'obtenir des informations auprès d’organismes gouvernementaux différents, mais qui les ont fait tourner en rond – quand ils n'ont pas directement menti - sur l'état et les détails du projet minier.

Le 1 mars 2011, Estela Reyes en avait assez de ces véhicules miniers. Elle a garé sa voiture sur leur chemin et a refusé de bouger. Le lendemain, Reyes a été rejoint par d'autres membres de la communauté, qui se sont mis en face de l'entrée en bloquant la mine. Ce fut le début des communautés en résistance, ou la Puya, un blocus qui les a fait connaître.

Pour les membres de la communauté ce barrage est devenu une habitude. Certains ont offert de la nourriture, d'autres ont donné de leur temps de cuisson, d'autres sont venus pour 12 heures par jour, d'autres s’y sont arrêtés après le travail. Au fil du temps, davantage de tentes sont apparues et un nombre croissant de panneaux de solidarité ont été accrochés. Au cours des 10 derniers mois, les collectivités ont reçu de nombreuses délégations internationales, ainsi que d'autres visites de solidarité de nationaux et d’internationaux. Ils ont organisé des concerts sur le lieu du barrage routier, ont accueilli des conférenciers et organisé des conférences de presse.

Dès la mi-2011, ceux qui se sont mis en avant en tant que leaders de la communauté ont commencé à recevoir des menaces téléphoniques avec commentaires intimidants. Un homme a retrouvé chez lui ses poissons empoisonnés, un autre, ses poulets. Bien que ces incidents aient été rapportés aux autorités, celles-ci n'ont pas réagi.

Puis, le 8 mai 2012, l'équipe de surveillance de nuit de la Puya vu un grand nombre de véhicules s'approcher dans l'obscurité. Environ 300 policiers anti-émeute dans 50 camions accompagnés de véhicules miniers et de grosses machines. Les résidents ont agi rapidement, appelé leurs amis et leur famille, qui sont descendus sur le blocus. Le prêtre local, pourtant peu connu pour son activisme, a sonné la cloche de l'église. Des centaines de personnes se sont tenues silencieusement face à la police et aux machines, leur bloquant lle passage. Leur plan déjoué, les véhicules de la police et de l'exploitation minière finalement fait demi-tour.

La paix ne dura pas longtemps, cependant. Le 13 Juin 2012, la responsable de la communauté Yolanda Oquelí a été pris en embuscade par deux hommes à moto au moment où elle quittait son quart de travail à la Puya. Oquelí a été visée à plusieurs reprises, et une balle l’a atteint près de sa colonne vertébrale. Même si elle a survécu, les médecins n'ont pas pu extraire la balle et elle continue à éprouver une douleur presque constante.

-
Photo : Yolanda Oqueli négocie pour éviter une expullsion violente
Yolanda Oquelí, une mère de deux jeunes enfants, avait été impliquée dans le mouvement depuis le début et elle parle avec passion de l'engagement profond des communautés dans la résistance non violente. Elle est devenue une voix importante du mouvement, et en juin, elle et son mari avaient déjà reçu de nombreuses menaces. En fait, quelques jours avant l’attaque qui aurait pu lui être fatale, elle avait présenté une plainte officielle auprès du bureau du procureur exprimant son inquiétude pour sa sécurité et pour demander une enquête. Même si lui ont été octroyées des mesures conservatoires par la Commission interaméricaine des droits de l'homme, un mois plus tard, l'attaque n'a toujours pas été entièrement élucidée et personne n'en a été tenu pour responsable.

Des organisations guatémaltèques ont fait ce qu'elles pouvaient pour assurer la solidarité et organisé un forum le 7 Novembre 2012 à San Jose del Golfo sur "notre droit de défendre notre territoire et les ressources naturelles." En tant que dernier orateur, Yolanda Oquelí s'est adressée à la foule, en leur disant: "Je tiens à symboliser le fait que je suis là et que je continuerai à lutter. Ce qui effraie les gens de la société [minière] c’est le caractère pacifique de notre lutte. "

Plus tard, lorsque la parole a été donnée au public, une femme indigène a déclaré: "Les indigènes au Guatemala ont vécu deux génocides. Nous ne laisserons pas l'attaque de Yoli nous arrêter dans notre lutte".


-
Alors que des centaines de personnes ont participé au forum de la communauté, la filiale minière guatémaltèque de KCA, EXMINGUA, avait organisé une fête bruyante dans la rue avec de la musique en direct et distribué gratuitement des T-shirts qui disent «EXMINGUA - société minière responsable ». Bien que le rassemblement ait attiré peu de participants et n'a pas réussi à perturber les haut-parleurs sur le forum, il n'en était pas moins un signe que la société allait vers une position plus offensive.

Les tensions ont atteint leur paroxysme en novembre alors que le permis d'exploitation datait maintenant d'un an sans que ne s’ouvre la mine. Dans la matinée du 13 novembre, environ 80 personnes sont parties de San Jose del Golfo et des municipalités avoisinantes portant des chapeaux et des chemises EXMINGUA ont essayé de se frayer un chemin vers la mine. Ils n'étaient pas armés, mais ils ont menacé et intimidé les personnes qui tenaient le barrage routier.

Comme la nouvelle se propageait, le nombre des résistants pacifiques est passé à environ 500 personnes. Environ 16 membres de la Police nationale civile étaient également sur les lieux, mais ont tenu leur distance. Les tentatives de dialogue facilité par les représentants des organisations internationales et du Guatemala ont échoué.

-
Photo : police anti-émeutes
Ceci s’est répété presque tous les jours pendant trois semaines, avec des insultes et des menaces de violence croissantes lancées sur les manifestants pacifiques. Puis, le 7 décembre 2012, le gouvernement a déclaré qu'il allait expulser la Puya. Même si un ordre d'expulsion légale n'avait jamais été produit, la police anti-émeute est arrivée au barrage routier et a commencé à démolir les bannières et autres installations. Ils ont également arrêté au moins cinq personnes (qui ont été libérés par la suite) pour avoir prétendument fait obstacle à la route - une accusation contestée par les manifestants.

La police a tiré des gaz lacrymogènes dans la foule, qui comprenait des hommes, des femmes et des enfants de tous âges. Plusieurs personnes, dont deux jeunes filles, ont été soignées suite à leur exposition à des gaz lacrymogènes. La police a aussi déchiré la cuisine de fortune.

Rien de tout cela n’a arrêté les manifestants pacifiques de tenir. Ils se sont couchés sur la route avec des masques en tissu couvrant leurs visages et chanté des hymnes pour se donner du courage. À la fin de la journée, un accord avait été conclu : huit policiers resteraient à la porte de la mine avec les manifestants et le gouvernement lancerait un processus de dialogue formel la semaine suivante.

Alors que des communautés à travers le Guatemala résistent à des projets similaires - des mines d'or, des mines de nickel, les barrages hydroélectriques, entre autres - peu ont autant de succès pour arrêter un projet arrêté dans son élan. Dans un pays où les conflits souvent dégénèrent en violence, la résistance non-violente de San Jose et de San Pedro a gagné beaucoup de soutien de la communauté internationale.

Au milieu des affrontements de novembre, l’association GHRC a invité Oquelí à prendre la parole à une organisée une manifestation annuelle pour fermer SOA (School Of America) l'École des Amériques de Fort Benning, en Géorgie. Pour les Guatémaltèques, c'est un endroit d'une grande importance car de nombreux diplômés SOA ont assisté trois brutales dictatures militaires de 1978 à 1986. Même l'actuel président Otto Pérez Molina est un diplômé de SOA.

S'adressant à des milliers de militants de la solidarité elle a dit, « Chaque jour, nos mouvements continuent de croître. Je vais retourner dans mon pays et être en mesure de dire qu'il y a beaucoup plus de gens que nous avons pensé qui sont avec nous et se battent pour la justice »,

En dépit de nouvelles menaces, les résistants non-violents de la Puya persistent. Comme le chef de la communauté Tono Reyes l'a déclaré: « Nous défendons la vie. Et la vie n'est pas négociable »."



Voir aussi sur la résistance aux mines d'or au guatemala :
"Doña Crisanta, figure de la résistance contre l’exploitation minière",
un autre exemple de résistance non-violente publié par DIAL

Edité par csv, le 09/02/13 à 00:24

Commenter l'article 177 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >


Rejoignez le MAN Aveyron sur les réseaux sociaux

-

Page Facebook du MAN Aveyron











Tous les derniers mardi du mois : venez participer à un "cercle du silence" pour soutenir les sans-papiers, carrefour Saint-Etienne à Rodez à 18 h





Se former à la régulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Télécharger la plaquette de présentation des IFMAN



-

Ce site a été développé et est hébergé par l'association ""Naucelle Web Site"

Google


conflitssansviolence.fr
www
1449 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 189002

Système Interactif Rédactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site