Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dnouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
24/04/2019 n 02:54
INTERNATIONALn Article n209.1 n 05/03/14 n 11:48 n Editeur : csv
7 mars 2014 - Egypte
La rvolution non-violente a-t-elle chou en Egypte ?


Dans un long article publi sur Waging non-violence, (ici rsum), Mark Engler and Paul Engler dressent une analyse des vnements depuis 2011 : puissance et limites de la rsistance non-violente et leons en tirer :

-


Le 11 fvrier 2011, le prsident gyptien, Hosni Moubarak dmissionnait suite un mouvement puissant contre son rgime dictatorial. Cette date marquait le point culminant d'un soulvement parmi les plus soudains et importants du XXIme sicle. Venant aprs une rvolte de 18 jours mene par les jeunes gyptiens, il brisait trois dcennies de stagnation politique et bouleversait l'ordre tabli du monde arabe, provoquant la joie des militants gyptiens et nombreux sympathisants dans le monde".

Aujourd'hui, l'euphorie a disparu. L'arme, dsormais sous le commandement du gnral al-Sisi, est de retour au pouvoir, aprs avoir renvers le gouvernement lu des Frres musulmans en juillet 2013. Le politologue Amr Hamzawy dcrit son pays comme "un pays dans la peur" qui connat aujourd'hui un retour rapide de l'autoritarisme."

Ces volutions soulvent des questions essentielles : la non-violence a-t-elle chou en gypte ? Si oui, que peut-on tirer de l'exprience de ce pays ?

Lgypte est souvent prsente comme un exemple de russite de mobilisation de masse non-violente l'ayant emport sur une telle puissance militaire. Cependant, le pays ayant gliss dans un tat rpressif et antidmocratique, ce succs a t remis en question. Certains considrent la situation en gypte comme pire que jamais.


Une analyse mrite d'tre faite de cette mobilisation de masse et de ses limites

Si quelqu'un avait men une rvolte russie contre le rgime de Moubarak, c'tait bien les Frres musulmans. Fond il y a plus de 80 ans, le groupe a t interdit en Egypte en 1954 et s'est dvelopp depuis souterrainement. Le nombre de ses membres atteint aujourd'hui probablement plusieurs centaines de milliers un million. Son influence s'tend aussi au-del. Le groupe s'est forg une solide rputation en tant que fournisseur de services sociaux, d'coles, de banques alimentaires, d'hpitaux...

Alors que le rgime de Moubarak a alternativement rprim ou contenu les ses activits politiques, il a tolr ses efforts d'actions sociale en les reconnaissant comme un complment indispensable l'action de l'tat. Chercheuse en sant publique, Nadine Farag a rapport qu'en 2011, une femme gyptienne, indpendamment de la politique ou de la religion, pouvait payer l'quivalent de 175 $ pour accoucher dans un hpital dirig par les Frres Musulmans, alors qu'on lui demandait 875 $ dans un hpital priv. Lors du tremblement de terre dvastateur qui a frapp le Caire en 1992, la Fraternit a rapidement fourni des tentes, de la nourriture, du th, des couvertures et des cliniques de fortune, consolidant ainsi son image auprs des gyptiens.

Bien que officiellement interdite, la Fraternit est entre au Parlement en 2005. N'tant pas lui-mme membre des Frres musulmans, Salah, l'un des leaders lors du soulvement de la place Tahrir, dcrit nanmoins cette organisation comme "le groupe d'opposition le plus grand et le mieux organis d'gypte, une institution sociale et politique forte.

Bien que cela puisse sembler trange, les mmes facteurs qui ont rendu la Fraternit puissante - la force de son modle d'organisation - ont galement fait hsiter ses dirigeants risquer tout ce qu'ils avaient construit dans un affrontement de masse contre Moubarak. Parce que les Frres avaient des dirigeants clairement identifis, ils ont t faciles cibler pour la rpression de l'tat. Parce qu'ils avaient cr des structures solides travers lesquelles ils pouvait dvelopper progressivement leur pouvoir, ils sentaient moins urgent de renverser le rgime. Et parce qu'ils avaient des revendications trs spcifiques leur mouvement, ils taient moins aptes plaider pour des revendications populaires qui seraient suivies par d'autres catgories de la socit.

Ce cas de figure n'est pas inhabituel. Dans le mouvement des droits civils aux tats-Unis, dans les "rvolutions de couleur" dans l'ancien bloc sovitique, dans le mouvement Occupy, on a pu voir se drouler un scnario similaire : les organisations bien structures et les mieux tablies, dans un paysage politique donn, sont prises par surprise par des groupes peu connus qui lancent des actions de rbellion non-violente qui captent l'imagination du public. Ces nouveaux groupes ont beaucoup moins de ressources et des structures institutionnelles beaucoup plus faibles que les syndicats ou partis classiques. Mais ils utilisent cela leur avantage en proposant quelque chose de diffrent, ax sur une mobilisation de masse.

Le sociologue Fox Piven parle, pour dsigner ce type d'action de protestation, de l'exercice du "pouvoir perturbateur", distinct des pratiques ordinaires des organisations politiques. Un domaine universitaire relativement nouveau se consacre l'tude de la rsistance civile en commenant explorer en profondeur les soulvements non arms, en s'appuyant sur les travaux pionniers de Gene Sharp en action stratgique non-violente. Dans chaque cas, les groupes perturbateurs semblent beaucoup moins institutionnels que les Frres musulmans et beaucoup plus spontans comme le Mouvement du 6 avril.


Cela s'est rpandu comme un feu

Les adeptes des pages Facebook du mouvement du 6 avril avaient peu en commun avec les frres musulmans. Bien que les premiers groupes aient rassembl des dizaines de milliers de "membres" en ligne, les organisateurs ne connaissent souvent de ceux qui les suivaient que leur pseudo sur internet. Leur force tait de diffuser des images de violences policires et de rallier de nouveaux membres en suscitant l'indignation.

Les organisateurs ont mis en ligne des vidos de gens battus par la police et ont montr les blessures de ceux qui avait t torturs en prison. Ainsi, la page Facebook "Nous sommes tous Khaled Said" a t ainsi nomme aprs qu'un homme de 28 ans qui avait t sauvagement battu par la police, en juin 2010, aprs avoir enregistr une vido sur ces mauvais traitements.

Quand une photo de son coprs a t diffuse en ligne, il est devenu un catalyseur d'indignation. "Peut-tre que c'tait parce qu'il tait un homme bien connu et duqu avec de nombreux amis, un tudiant", dit Wolman, "et l'image... Il tait tellement dfigur... Je ne sais pas exactement ce que c'tait, mais cela s'est rpandu comme un feu."


L'appel de Asmaa Mafhouz l'action

Quand est venu le temps de mobiliser pour les manifestations du 25 Janvier, l'approche des jeunes organisateurs tait plus proche de la promotion d'un concert que de l'organisation des quartiers. Ils ont suscit l'enthousiasme.

Un autre phnomne tait le blog de Asmaa Mahfouz, 26 ans, une des fondateurs du Mouvement du 6 avril. Plutt que de cacher son identit, elle s'est mise directement en face de sa webcam et a annonc qu'elle participerait aux manifestations du 25 Janvier. Elle implora les autres se joindre elle : "Tant que vous dites qu'il n'y a aucun espoir, alors il n'y aura pas d'espoir", a fait valoir Mahfouz." Mais si vous descendez dans la rue et vous engagez, alors il y aura de l'espoir."

Son tmoignage a eu un impact inhabituel, inspirant beaucoup d'autres pour faire circuler des vidos similaires. La position de Mahfouz s'est carte de la pratique de l'anonymat de l'activisme en ligne. Plus que cela, c'est une femme qui a os mettre un visage sur le message, prenant le risque d'tre arrte pour cette action.

En contraste avec le type de propositions de changement de politique que pourraient gnralement avancer un parti, les jeunes organisateurs ont mis en avant des revendications symboliques visant susciter la sympathie la plus large possible. Ils ont adopt un slogan qui avait dj t rendu clbre en Tunisie : "Le peuple exige la chute du rgime."



Nous vous attendions !

Les organisateurs du mouvement n'ont pas mobilis des listes d'adhrents. La plupart des participants aux manifestations y prenaient part pour la premire fois. Pour cette raison, les prvisions des organisateurs taient trs vagues. Bien qu'ils aient eu des dizaines de confirmations en ligne et communiqu par un vaste bouche--oreille, ils ne pouvaient pas tre certains d'tre nombreux dans la rue.

L'exprience du 25 Janvier s'est avre extraordinaire. "Au cours de mes 10 annes d'engagement, j'avais rencontr des centaines de personnes dans et autour de la communaut militante", crit Salah, autre co-fondateur du Mouvement du 6 Avril "Pourtant, les rues de mon quartier taient remplies d'hommes et de femmes que je n'avais jamais vus. Et ils menaient les chants ! Je me suis dit : Mon Dieu ! O tiez-vous ? Nous vous attendions!"

Pour une fois, les mdias gyptiens reconnurent le travail d'organisation des jeunes du mouvement du 6 Avril. Cela reflte le succs du groupe dans la cration d'un type de mobilisation qui tait un mouvement ouvert avec lequel les gens travers le pays pouvaient s'identifier.

Non seulement ils ont propuls les jeunes aux premires manifestations qui ont rempli les places de la ville du Caire, mais ils ont exerc une influence durable sur les protestations qui ont suivi. Lorsque enfin des groupes tels que les Frres musulmans et l'Association nationale pour le changement de Mohamed El Baradei, ont finalement dcid d'amplifier un mouvement politique qui ne pouvait plus tre ignor, ils ont montr du respect pour les mthodes et les messages que les jeunes avaient tablies au dpart.

Les jeunes n'ont pu susciter un soulvement contagieux que prcisment parce qu'ils n'appartenaient pas des structures rigides. Ils ne disposaient pas de biens qui auraient pu tre saisis. Ils n'avaient pas d'intrts partisans et ne disposaient pas de structures qui pouvaient tre facilement infiltres.

Certes, le 11 Fvrier 2011, lorsque les autorits ont annonc la dmission de Moubarak et que les militants ont cri de joie sur la place, des nuages se profilaient dj l'horizon. Au cours des trois annes suivantes, les insurgs allaient tre confronts une montagne de dfis, un retour de la rpression et le spectre de la contre-rvolution. Mais pour l'instant, ils avaient accompli quelque chose que peu dans le monde auraient pu prvoir et que le groupe le mieux organis dans le pays ne pouvait pas : ils avaient dtrn le tyran.


"Nous ne savons pas faire des compromis"

Mobiliser la sympathie du peuple, amener les gens dans les rues en nombre impressionnant en "brisant les barrires de la peur " et renverser un tel rgime sont des ralisations remarquables. Elles doivent tre reconnues comme telles par les mouvements futurs, et leur dynamique et stratgies devraient tre tudies. Pourtant, alors que le modle d'organisation ax sur une action spontane leur a donn une influence disproportionne dans la formation de l'insurrection, les structures bien organises des Frres musulmans se sont avres essentielles pour la suite des vnements.

Le dfi aprs tout soulvement de masse est d'institutionnaliser les rsultats obtenus. La rvolution gyptienne a renvers Moubarak mais n'a pas t aussi efficace pour assurer l'mergence de nouveaux systmes de gouvernance.

En revanche, des groupes comme les Frres musulmans ont obtenu des avantages politiques prcis qui leur ont permis de tirer parti de la puissance numrique de leur mouvement. La voie classique pour gagner implique des rseaux et des relations. Ces comptences ne sont pas fortes dans les rseaux dcentraliss.

Wael Ghonim, administrateur de la page Facebook: "Nous sommes tous Khaled Said" et auteur du livre "Revolution 2.0", a pris comme un point de fiert que leur site ne soit pas tomb dans la politique partisane, mais soit rest ax sur des questions universelles telles que la libert et les droits de l'homme.

Dans le documentaire "The Square", deux jeunes leaders discutent de l'aprs-Moubarak : "La politique n'est pas la mme chose que la rvolution. Si vous voulez faire de la politique, vous devez faire des compromis. Et nous ne sommes pas bons du tout pour cela".

Ce n'a pas t le cas pour les Frres musulmans. Pour ses dirigeants, la ngociation pour l'volution des institutions est venue naturellement. Avec le cadre d'un parti politique dj en place et un bloc organis d'lecteurs, ils ont avanc. Alors que les jeunes rvolutionnaires ont gnralement encourag laisser le temps pour la rdaction d'une constitution et la formation de nouveaux partis, la Fraternit a pouss des lections rapides.

Abdul Fatah Madi, analyste gyptien, a expliqu qu'avant la dfaite de Moubarak les factions diriges par des jeunes se proccupaient de l'acquisition de connaissances sur la faon de renverser des rgimes tyranniques et de la diffusion d'informations sur les violations des droits de l'homme. Mais quand la transition post-rvolutionnaire a commenc, ils n'ont pas russi "se familiariser avec les subtilits du fonctionnement de l'tat et la proposition de projets politiques qui pourraient servir d'alternatives au rgime autoritaire." Les jeunes ont montr une aversion pour les marchandages partisans et un dsintrt pour participer un processus de dcision domin par les vieux partis et les anciennes lites."

En l'absence d'une contestation structure, les Frres musulmans ont refus toute ide de coalition. Six mois aprs la rvolution, il a envoy ses membres participer des manifestations de masse. Les foules disciplines ont scand: "la loi islamique, la loi islamique" et "Le Coran est notre constitution".


L'arme de notre rvolution, c'est notre voix

Lgypte n'est pas le seul pays avoir dtrn un gouvernement non dmocratique. Il y eut aussi les "rvolutions de couleur" dans l'ancien bloc sovitique et le mouvement qui a destitu Slobodan Miloević en Serbie en 2000. Comme en gypte, les tudiants ont jou un rle essentiel dans la conduite des mobilisations qui ont grossi rapidement. Mais dans tous ces cas, les jeunes taient mal prpars pour les vnements ultrieurs. "Ils semblaient n'avoir aucun plan de ce qu'ils pourraient obtenir aprs leur rvolution."

Il est impossible de maintenir longtemps un niveau lev de mobilisation de masse: "Dans tous les cas, la plupart des militants se sont dmobiliss. Ils ont trouv plus difficile de veiller ce que les politiques nouvellement venus au pouvoir restent fidles aux principes qu'ils avaient accepts pendant la rvolution".

Ceux qui ont men la rvolution non-violente en gypte ont encore rsoudre le problme du pouvoir. Cela prendra du temps. Les dirigeants du mouvement du 6 avril se sont engags lancer un plan quinquennal pour dvelopper des institutions alternatives. Dans le mme temps, ils voient aussi que leur soulvement a dclench un esprit d'auto- dtermination collectif qui ne peut tre facilement teint.

Mais a expliqu Ahmed Hassan, "l'arme de notre rvolution, c'est notre voix. Ce que nous avons fait une fois, nous pouvons le faire nouveau."



Edit par csv, le

Commenter l'article 209 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >


Rejoignez le MAN Aveyron sur les rseaux sociaux

-

Page Facebook du MAN Aveyron











Tous les derniers mardi du mois : venez participer un "cercle du silence" pour soutenir les sans-papiers, carrefour Saint-Etienne Rodez 18 h





Se former la rgulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Tlcharger la plaquette de prsentation des IFMAN



-

Ce site a t dvelopp et est hberg par l'association ""Naucelle Web Site"

Google


conflitssansviolence.fr
www
1449 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 189386

Systme Interactif Rdactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site