Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dénouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
21/04/2019 n 13:00
INTERNATIONALn Article n°115.1 n 15/06/11 n 07:31 n Editeur : csv
16 juin 2011 - Gaza
La flotille de la liberté II se prépare au départ...


Après le drame de mai 2010, une nouvelle «flottille de la liberté» II pour Gaza va se diriger fin juin vers le territoire sous embargo. Les objectifs sont une nouvelle fois de briser le blocus pour apporter de l'aide humanitaire et de faire respecter le droit international.
-


Cette action non-violente et internationale, d'une envergure exceptionnelle, soutenue par des ressortisants, personnalités et élus de très nombreux pays sera particulièrement suivie après l'attaque meurtière sur le Mavi Marmara qui avait choqué l'opinion publique internationale l'an passé.

Un bateau français prendra part cette fois-ci à l'opération en partant de Marseille le 18 juin. De nombreuses personnalités et associations soutiennent cette initiative, dont le MAN, Mouvement pour une Alternative Non-violente.



Présentation des objectifs et des signataires.

En s'engageant dans cette voie pacifique, nous voulons aujourd'hui :

Dénoncer et briser le siège israélien contre Gaza ;
Promouvoir et faire respecter le droit international ;
Répondre à la crise humanitaire que subissent un million et demi de Palestiniens de Gaza.

Un bateau français pour Gaza, un acte citoyen !

Parce que nous refusons de voir 1 million et demi de personnes sous blocus ;
Parce que la communauté internationale doit imposer la levée totale du blocus de Gaza ;
Parce que nous n’acceptons pas que nos Etats se contentent de paroles jamais suivies d’actes ;
Parce que la première Flottille de la liberté a montré qu’une action citoyenne peut rompre le mur de l'indifférence.




Historique des flotilles de la liberté :

En août 2008 ont été affrétés les premiers bateaux internationaux qui ont pu entrer au port de Gaza en 41 ans. C'est le "Free Gaza Movement" une association de défense des droits de l'homme, se réclamant de l'action non-violente, qui est à l'origine et qui porte cette initiative.

Leur objectif : "Nous voulons briser le siège de Gaza. Nous voulons réveiller la conscience internationale sur la fermeture de la Bande de Gaza qui est devenue comme une prison. Nous voulons pousser la communauté internationale à revoir sa politique de sanctions et à mettre fin à son soutien à la continuelle occupation israélienne."

L'Aide ne Vaut pas la Liberté

Dans ce communiqué du 5 juin, les responsables du Free Gaza Mouvement rappelle uq e si les habiatnts de gaza ont besoin de pain, ils ont plus encor ebesoin de liberté :

"L'annonce faite par Israël aujourd'hui (5 juin 2011) qu'elle "autorise entre 210 et 220" camions chargés d'aide humanitaire à entrer dans Gaza est une réponse directe à la pression créée par la prochaine Flottille de la Liberté II. Depuis juillet 2007, seulement 25% des camions qui entraient dans Gaza avant le blocus et qui sont nécessaires aux habitants de Gaza, ont eu l'autorisation d'entrer. À ce jour, Israël n'a pas répondu aux appels des organisations des droits humains ou de l'ONU à augmenter ce nombre. Israël a seulement changé sa politique grâce à la pression croissante de la Flottille de Liberté. Cependant, ce nombre est encore 35% en dessous des besoins de Gaza.

Laisser entrer plus de camions n'est pas assez. Plus de camions chargés de nourriture et de médicaments donnent seulement l'impression d'une Bande de Gaza ouverte. Plus de camions ne veut pas dire liberté; plus de camions ne veut pas dire reconstruire les centaines de maisons et de bâtiments détruits par les militaires israéliens lors de l'Opération Plomb Durci (seulement 12 des camions autorisés transportent des matériaux de constructions pour des projets de l'ONU); plus de camions ne veut pas dire que Gaza n'est pas occupée et que ses habitants ne sont pas soumis à une punition collective; plus de camions ne veut pas dire qu'Israël a arrêté son blocus cruel; plus de camions ne veut pas dire que les palestiniens sont moins emprisonnés.

Plus de camions, par contre, veut dire que les fermiers et les marchands israéliens se font de l'argent avec l'occupation car la plupart des agences internationales amenant de l'aide à Gaza sont obligées d'acheter les produits israéliens.

La Flottille de la Liberté II prendra la mer fin juin dans le but de faire pression sur Israël et sur la communauté internationale pour arrêter l'occupation de la Palestine et pour assurer la liberté des palestiniens qui, comme tout autre personne dans le monde, ont le droit de vivre libre. Au lieu de faire pression sur des pays pour qu'ils nous mettent des bâtons dans les roues ou de soudoyer des gouvernements pour arrêter nos bateaux, l'ONU, les États-Unis et le reste de la communauté internationale feraient mieux de reconnaître le pouvoir de cet effort civil non-violent afin de faire pression sur Israël pour qu'elle change sa politique. Vu le changement dans la politique d'Israël après la Flottille de Liberté I et ces récentes manœuvres pour contrecarrer notre flottille, il semble que nous succédons là où la communauté internationale continue d'échouer."


La Charte Commune des participants

Tous les participants au Free Gaza Movement acceptent les principes et pratiques ci-dessous:

1. Nous respectons les droits humains de tout le monde, indépendamment de la race, la tribu, la religion, l'ethnicité, la nationalité, la citoyenneté ou la langue.

2. Les habitants légitimes de tous les territoires occupés par Israël depuis le 5 juin 1967 doivent avoir libre accès aux eaux internationales et à l'espace aérien en conformité avec toutes les résolutions des Nations Unis et avec la loi internationale.

3. Les habitants légitimes de tous les territoires occupés par Israël depuis le 5 juin 1967 ont le droit de contrôler toutes les entrées et sorties de ces territoires sans l'interférence d'Israël.

4. Israël doit retirer sa présence militaire de tous les territoires occupés depuis le 5 juin 1967 et annuler toute la législation, toutes les régulations, directives et pratiques qui s'appliquent différemment aux différentes populations vivant dans ces territoires.

5. Israël doit démolir toutes barrières construites pour restreindre la libre circulation dans tous les territoires occupés par Israël depuis le 5 juin 1967.

6. Nous reconnaissons le droit des réfugiés et des exilés palestiniens ainsi que de leurs descendants à retourner dans leurs maisons en Israël et dans les territoires occupés palestiniens; à récupérer leurs propriétés et à recevoir une compensation pour les dommages, la dépossession et l'illégal utilisation de ces propriétés. C'est un droit individuel et non un droit collectif et ne peut être négocié que par la personne concernée.

7. Nous somme solidaires avec le peuple palestinien mais nous ne soutenons aucun partit politique ou aucune organisation en particulier et ceci sans exception.

8. Nous acceptons d'adhérer aux principes de la non-violence et de la résistance non-violente en mot et en acte, quelques soient les circonstances.

Voir tous les sites nationaux des différentes flotilles
Edité par csv, le 16/06/11 à 12:45

Commenter l'article 115 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >


Rejoignez le MAN Aveyron sur les réseaux sociaux

-

Page Facebook du MAN Aveyron











Tous les derniers mardi du mois : venez participer à un "cercle du silence" pour soutenir les sans-papiers, carrefour Saint-Etienne à Rodez à 18 h





Se former à la régulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Télécharger la plaquette de présentation des IFMAN



-

Ce site a été développé et est hébergé par l'association ""Naucelle Web Site"

Google


conflitssansviolence.fr
www
1449 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 184050

Système Interactif Rédactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site