Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dénouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
03/12/2016 n 21:46
INTERNATIONALn Article n°297.1 n 18:11 n 01/12/16 n Editeur : csv
1 décembre 2016 - USA
La bataille des Sioux contre l’oléoduc géant s’amplifie
aux États-Unis


Un campement de protestataires contre l’oléoduc géant du Dakota du Nord est menacé. Mais la lutte s’internationalise, alors que l’on apprend que Donald Trump a des intérêts dans la compagnie promouvant le projet. Un reportage de Yona Healoua sur reporterre.fr :



"L’ultimatum est arrivé. Les Sioux de la réserve de Standing Rock, dans le Dakota du Nord, rejoints par des militants environnementaux, se battent depuis le printemps contre la construction d’un oléoduc géant menaçant de souiller des terres sacrées et de polluer la rivière Missouri dont ils dépendent. Un de leurs campements de fortune, « Oceti Sakowin », tout près de la zone de travaux du Dakota Access Pipeline (DAPL), est désormais menacé.

Le gouverneur a en effet ordonné lundi soir 28 novembre l’« évacuation d’urgence » du camp afin, selon lui, de protéger du froid hivernal les 5.000 personnes qui y sont installées (lire l’Executive Order). Lors d’une conférence de presse organisée dans la soirée, les opposants au projet ont rétorqué que le gouverneur — auquel ils dénient toute juridiction sur ce territoire fédéral — devrait moins se préoccuper de les protéger contre l’hiver que contre les forces de l’ordre. « Notre force est dans notre unité. Nous n’avons pas peur et nous n’irons nulle part, qui plus est au milieu d’une tempête de neige », a assuré Kandi Mosset, activiste responsable des questions d’énergie chez Indigenous Environmental Network.

Trois jours plus tôt, l’Army Corps of Engineers avait indiqué que, à partir du 5 décembre, toute présence publique sur la zone située au nord de la rivière Cannonball (qui rejoint la Missouri) serait considérée comme illégale. C’est cette autorité fédérale qui, après avoir autorisé les travaux, avait ordonné leur suspension en septembre afin de mener des consultations plus approfondies avec les tribus.

Le feu vert, ou au contraire un nouveau tracé voire l’arrêt définitif du DAPL, n’a toujours pas été décidé. Certains espèrent une réponse d’ici la fin décembre. Mais, avec l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, les espoirs s’amenuisent. Juste après l’élection, Kelcy Warren , le patron de Energy Transfer Partners, la société constructrice du DAPL, s’est ainsi dit « 100 % confiant ». Il faut dire qu’il a contribué à la campagne du milliardaire à hauteur de 100.000 dollars, et que Donald Trump lui-même détient entre 500.000 et 1 million de dollars d’actions dans cette société, selon le Guardian. Un conflit d’intérêts parmi d’autres souligné par la presse américaine, sans effet jusqu’ici. Energy Transfer Partners a même pris les devant en contestant en justice, mi-novembre, la suspension des travaux.

En attendant, les affrontements continuent. Le dernier en date, dans la nuit du dimanche 20 au lundi 21 novembre, a fait près de 300 blessés, selon les protestataires, qui dénoncent l’usage de gaz lacrymogènes, de grenades incapacitantes, de balles en caoutchouc mais aussi de canons à eau par la police alors que les températures dans cet État du nord des États-Unis sont glaciales à cette période.

À la suite de cette nuit de violences, une personne âgée a fait un arrêt cardiaque et a dû être réanimée sur place. Une jeune femme pourrait perdre son avant-bras après avoir été gravement touchée par une explosion (causée par une grenade, selon son père, tandis que la police accuse les manifestants). Un journaliste venu de Denver a de son côté reçu une balle en caoutchouc dans l’abdomen.

Les opposants au projet en appellent toujours à Barack Obama pour qu’il signe, avant la fin de son mandat, un décret annulant le DAPL, comme il l’avait fait pour l’oléoduc Keystone XL. La mobilisation politique s’est récemment doublée d’un appel au boycott d’au moins 17 banques finançant directement le projet (38 banques plus largement), selon une enquête de l’ONG Food & Water Watch. Dans la liste, on trouve les établissements français BNP Paribas, Crédit agricole et Société générale.

Bill McKibben, fondateur de l’ONG environnementale 350.org, estime en effet que faire pression sur les banques — dont certaines cherchent à se donner une image respectueuse de l’environnement — plutôt que sur les politiques pourrait se révéler plus efficace car le DAPL, un projet à 3,7 milliards de dollars, ne peut pas se passer de ses financements. Plusieurs manifestations devant des banques ont ainsi eu lieu, à Philadelphie ou à Chicago, par exemple. Et une petite victoire a été remportée ce mois-ci en Norvège, où la plus grande banque du pays, DNB, ainsi que le fonds d’investissement Odin Fund Management se sont débarrassés d’actions liées aux entreprises finançant le DAPL. Un encouragement pour la suite : un appel à un « mois international d’actions » a été lancé pour décembre, visant à faire pression sur les banques et les forces policières".







Edité par csv, le 01/12/16 à 18:17

Commenter l'article 297 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >






C'est le moment !

-

Rejoignez la campagne du MAN





Tous les derniers mardi du mois : venez participer à un "cercle du silence" pour soutenir les sans-papiers, carrefour Saint-Etienne à Rodez à 18 h





Se former à la régulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Télécharger la plaquette de présentation des IFMAN



-

Ce site a été développé et est hébergé par l'association ""Naucelle Web Site"

Google


conflitssansviolence.fr
www
1236 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 39593

Système Interactif Rédactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site