Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dénouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
Forum d'été du MAN - Sion (Haut Rhin) - 21 - 25 juillet 2014 : "Violences dans nos sociétés : comprendre et agir"
29/07/2014 n 12:41
INTERNATIONALn Article n°232.1 n 07:18 n 20/07/14 n Editeur : csv
20 juillet 2014 - Japon
Le Japon renonce à l'article 9 de sa constitution,
interdisant la guerre


En dépit d'une forte opposition de son opinion publique, le gouvernement japonais vient d'abolir (dans les faits, "réinterprété") l'article 9 de la constitution du japon qui interdit à jamais la guerre :

« Aspirant sincèrement à une paix internationale fondée sur la justice et l'ordre, le peuple japonais renonce à jamais à la guerre en tant que droit souverain de la nation, ou à la menace, ou à l'usage de la force comme moyen de règlement des conflits internationaux. Pour atteindre le but fixé au paragraphe précédent, il ne sera jamais maintenu de forces terrestres, navales et aériennes, ou autre potentiel de guerre. Le droit de belligérance de l'État ne sera pas reconnu. » (Source : mouvement de la Paix)

-
Manifestation contre la politique de défense d'Abe le 30 juin à Tokyo (Photo AFP/Yoshikazu Tsuno)


Forte mobilisation contre la réinterprétation de la Constitution pacifiste (Courier International 30 juin 2014) :

"Les contestations se font vives ce 30 juin dans les rues de Tokyo ; à la veille de l’adoption du texte concernant l’élargissement du domaine de l’autodéfense par le gouvernement, de "nombreux manifestants brandissent pancartes et crient pour le respect de la Constitution devant le cabinet du Premier ministre", relate le Tokyo Shimbun. Les militants se sont rassemblés contre la réinterprétation de la Constitution pacifiste qui interdit aux forces armées japonaises d’agir au-dehors de ses frontières pour venir en aide aux pays alliés. Ce rassemblement a été peu relayé par les médias japonais mais la mobilisation commence à prendre de l’ampleur, notamment depuis l’immolation d’un soixantenaire qui élevait la voix contre la réinterprétation de la Constitution.

"La nouvelle concernant l’immolation par le feu le 29 juin en plein cœur de Tokyo a eu plus d’écho dans les médias étrangers qu'au Japon", écrit le site d’information J-CAST. On observe également de nombreuses critiques visant les médias nippons sur Twitter : les internautes jugeant "insuffisante la couverture de ces événements". "Le gouvernement conservateur vient de trouver un accord avec le Nouveau Komeito, la coalition, et est sur le point d’adopter ledit texte, ce qui marque un tournant majeur dans la politique d’autodéfense japonaise", écrit l’Asahi Shimbun."

"Après 60 ans de pacifisme, le Japon révise sa Constitution" (France 24 - 1 juillet 2014)

"Le Japon, dont la Constitution consacre la renonciation "à jamais" à la guerre depuis 1947, s'est doté d’une nouvelle doctrine : l'"auto-défense collective", qui lui permet désormais de mener des opérations militaires à l'étranger.

Mardi 1er juillet, le gouvernement japonais a approuvé le projet de révision de la Constitution, qui intègre désormais le droit à "l’autodéfense collective". La résolution sera ensuite soumise au vote du Parlement.

Cette décision, adoptée à l’occasion du 60e anniversaire de la création des "Forces d'autodéfense", le nom officiel de l'armée nippone toujours en vigueur depuis, est historique. Impulsée par le Premier ministre Shinzo Abe, nationaliste convaincu, elle constitue un tournant majeur dans l'histoire du pays depuis la fin de la dernière guerre, car derrière ce concept assez vague se cache le droit pour l'armée de participer à des opérations militaires extérieures afin d'aider des alliés, au premier rang desquels les États-Unis.

Se fondant sur un épais rapport d'un panel d'experts qu'il a lui-même nommés, Shinzo Abe a ainsi voulu imprimer sa volonté de voir l'armée japonaise jouer un plus grand rôle extérieur et de ne plus être cantonnée à une mission d’autodéfense.

Une opinion publique hostile

Dans la foulée de sa capitulation le 15 août 1945, le Japon s'est vu imposer en 1947 par le vainqueur américain une Constitution, jamais amendée depuis, dont l'article 9 consacre la renonciation "à jamais" à la guerre. Les derniers sondages montrent que plus de la moitié des Japonais demeurent fermement attachés à cette Charte pacifiste et se disent opposés à la participation de soldats nippons à toute action militaire extérieure.

Ces derniers jours, plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées devant les bureaux du Premier ministre pour protester contre sa politique de défense, aux cris de "Pas de guerre !" ou encore "Stoppez les fascistes". Certains manifestants brandissaient des portraits de Shinzo Abe affublé d'une moustache à la Hitler.

Face à cette opposition et surtout en raison de la complexité légale pour réformer la Constitution, Shinzo Abe a finalement préféré "réinterpréter" cette dernière, pour éviter un possible revers et convaincre son petit allié, le Parti du Komeito, de ne pas faire barrage à ses projets.

Abe inquiet de militarisation de la Chine

Dans son combat pour amender la loi fondamentale et tourner définitivement la page de la guerre, de la défaite et de la repentance, Shinzo Abe a notamment mis constamment en avant la dégradation de l'environnement sécuritaire du Japon, une allusion claire aux ambitions régionales grandissantes de la Chine, dont l'augmentation du budget militaire est chaque année plus importante.

Pékin, qui entretient un conflit territorial avec le Japon en mer de Chine orientale, dénonce régulièrement la politique de Tokyo, qualifiée de "dérive militariste". Une interprétation réfutée par Abe et son gouvernement, qui affirment haut et fort que le Japon est "amoureux de la paix". Avec AFP"

Japon : une pétition demande le Nobel de la Paix pour le pays, pacifiste depuis 70 ans (AFP - 13 juillet 2014) :

"Des citoyens ordinaires font campagne depuis quelque temps pour que le peuple du Japon, pays pacifiste depuis près de 70 ans, reçoive le prix Nobel de la Paix, alors même que Tokyo vient de "relire" sa Constitution pour élargir les missions de son armée.

Grand vaincu, avec l'Allemagne nazie, de la dernière guerre mondiale, éprouvé dans sa chair par le feu nucléaire une semaine avant de capituler, le Japon vit depuis lors avec une Constitution dont l'article 9 stipule que le pays renonce "à jamais" à la guerre.

Mais depuis son arrivée au pouvoir fin 2012, le très nationaliste Premier ministre Shinzo Abe s'est mis en tête de refondre la Charte pour en expurger ce fameux article 9. Devant les fortes réticences de la population et celles d'un petit parti avec lequel il dirige le pays en coalition, il a dû faire machine arrière mais n'a pas renoncé et a choisi non de le modifier mais de le "réinterpréter". Avec un objectif: faire que les Forces d'autodéfense japonaises ne soient plus cantonnées à protéger le seul archipel.

Cette évolution approuvée par Washington constitue un tournant majeur depuis l'instauration en 1947 d'une Constitution pacifiste, car derrière le nouveau concept plutôt barbare de "droit à l'autodéfense collective" se cache la possibilité d'engager les SDF dans des opérations militaires extérieures afin d'aider des alliés, au premier rang desquels les Etats-Unis, vainqueur hier et protecteur aujourd'hui de l'archipel.

Concrètement, des soldats japonais pourront secourir des forces d'un pays allié attaquées même si le Japon n'est pas directement attaqué lui-même.

Sondage après sondage, les Japonais ont majoritairement montré leur attachement à ce pacifisme gravé dans l'airain. Naomi Takasu en fait partie: cette mère au foyer a décidé de lancer une pétition qui a déjà recueilli plus de 150.000 signatures. Elle en espère un million.

Au départ elle pensait avec ses amis présenter la candidature au Nobel de la Constitution et son article 9, symbole suprême de la paix. Pas possible techniquement, alors Naoko a décidé de présenter celle du peuple pacifiste du Japon aux sages d'Oslo.

- "Plus jamais de guerre!" -

"De belles idées peuvent gagner, voilà ce que j'avais appris avec cette émission. Et ça m'a fait penser à l'article 9. Si on lui décernait le Nobel, ça serait le plus beau chemin pour partager son idéal", s'enflamme-t-elle.

Une quinzaine de personnes, beaucoup retraitées, s'activent avec elle.

Shinzo Abe, lui-même petit fils d'un ministre du temps de la guerre, s'est voulu rassurant récemment en affirmant que le Japon "ne sera pas impliqué dans une guerre pour défendre un pays étranger", mais certains ne sont pas convaincus et lui reprochent de prendre des libertés avec la Constitution. Pour vraiment modifier cette dernière, il aurait fallu un vote des deux chambres du parlement avec une majorité des deux tiers puis un référendum. Du coup les "gardiens" de la Charte se sentent floués.

Le 1er juillet, plus de 10.000 personnes ont manifesté sous les fenêtre du Premier ministre aux cris de "pas de guerre!" ou "stoppez les fascistes". Certains manifestants brandissaient des portraits de lui affublé d'une moustache façon Hitler.

Et vendredi, un ancien fonctionnaire de 75 ans a intenté une action en justice devant un tribunal de Tokyo pour tenter de bloquer la décision de M. Abe.

"J'espère que d'autres Japonais vont suivre et intenter des actions judiciaires. Je veux passer ce message à la prochaine génération: plus jamais de guerre", a déclaré Tokinao Chindo à l'AFP.

Déjà, le maire d'une ville de l'ouest du pays envisage de faire la même chose.

Regroupées autour de Naomi Takasu, les membres de la "Société de soutien à l'article 9" ont créé une page Facebook, et comptent sur la couverture médiatique pour populariser leur cause.

Patiemment ils récoltent des signatures, des lettres de soutien d'intellectuels et d'universitaires. Ensuite, ils enverront la pétition et ses dizaines de milliers de signatures au comité Nobel, même si les chances de succès sont minimes.

"C'est grâce à l'article 9 que le Japon n'a plus connu la guerre depuis 69 ans", martèle Yoshiaki Ishigaki, un membre du groupe.

"La guerre détruit tout, voilà ce que j'ai appris depuis 1945," lance Tsuneo Hoshino du haut de ses 80 ans. "
Edité par csv, le 20/07/14 à 07:46

Commenter l'article 232 g 2 commentaire(s)gLire les commentaires
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >


Forum d'été du MAN

20-25 juillet 2014

SION (Haut-Rhin)


-

Voir le programme





conférence

Projection du film "Cent mille et une victoires pour le monde"

-

Suivie d'un débat avec Rajagopal, d'Ekta Parishad





NOUVEAU

Dans un monde en crise, oser le changement

-

Télécharger le bilan du forum du MA 2012 de Rodez




Conférence avec Jean-Marie Muller organisée par le MAN Aveyron

-
Rodez
mercredi 29 mai
20h30 - salle saint Eloi


Voir le compte rendu en vidéo*




C'est le moment !

-

Rejoignez la campagne du MAN





Tous les derniers mardi du mois : venez participer à un "cercle du silence" pour soutenir les sans-papiers, carrefour Saint-Etienne à Rodez à 18 h





Se former à la régulation non-violente des conflits, c'est possible :

-

Télécharger la plaquette de présentation des IFMAN



-

Ce site a été développé et est hébergé par l'association ""Naucelle Web Site"
*/centre*

Google


conflitssansviolence.fr
www
879 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 1158

Système Interactif Rédactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site