Conflits Sans Violence

Refuser la violence, dénouer le conflit

Mouvement pour une Alternative Non-violente - RODEZ
16/12/2018 n 13:58
ENVIRONNEMENTn Article n°22.1 n 28/02/18 n 06:41 n Editeur : csv
1 mars 2018
Lourdes peines de prison pour les lanceurs d'alerte
non-violents de Greenpeace


A l'issue du procès de Thionville, le 27 février 2018, des huit activistes qui s'étaient introduits dans la centrale nucléaire de Cattnom le 12 octobre 2017 pour dénoncer ses failles en matière de sécurité, des peines très sévères et inédites ont été prononcées par les juges.

-


– Deux activistes ont été condamnés à deux mois de prison ferme.

– Le chargé de campagne nucléaire a été jugé coupable de complicité dans le cadre de ses fonctions a Greenpeace et sanctionné de cinq mois de prison avec sursis.

– Les six autres activistes sont condamné-es à cinq mois de prison avec sursis.

– L’association Greenpeace est jugée coupable et devra payer une amende de 20 000 euros. Par ailleurs elle devra verser 50 000 euros à EDF au titre du préjudice moral.

Leur action ouvrait le débat sur un modèle énergétique qui est un obstacle à ce qui devrait être la priorité principale du gouvernement, à savoir entrer dans la transition énergétique indispensable pour relever le défi climatique.

À la suite du verdict annoncé hier soir en première instance, Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France déclare :

« Greenpeace France, ses militants et son chargé de campagne nucléaire ont immédiatement décidé de faire appel de cette décision de justice très sévère. C’est la première fois que des militants de l’association sont condamnés à une peine de prison ferme. Yannick Rousselet, salarié de Greenpeace France, est quant à lui condamné pour « complicité » alors qu’aucun fait n’a été établi.

Ces lourdes sanctions ne sont pas acceptables pour l’organisation qui a joué son rôle de lanceur d’alerte. Greenpeace France tentera d’en convaincre la Cour d’appel et ne cessera pas de dénoncer l’irresponsabilité d’EDF en matière de sécurité nucléaire. Tout comme elle continuera à participer au débat institutionnel pour démontrer la fragilité des installations nucléaires d’EDF. »


-
Lire le récit de Greenpeace


-
Position d'Alternatiba-COP21


-
Lire le compte-rendu sur Reporterre : "Les-lanceurs d'alerte de Greenpeace sévèrement condamnes par la justice"



-
Lire les interviews de militants par France Info : "On est obligés de franchir la ligne jaune" : des militants de Greenpeace racontent comment ils mènent leurs actions chocs dans les centrales











Edité par csv, le 01/03/18 à 18:48

Commenter l'article 22 g 0 commentaire(s)
ESPACE REDACTION
Identifiant : Mot de passe:
RECHERCHE
Dans la rubrique >
Sur tout le site >
Google


conflitssansviolence.fr
www
1434 articles
sont en ligne
sur le site
COURRIER n © Conflits Sans Violence 98602

Système Interactif Rédactionnel et Editorial * SIRE v2 Evo * © Hubert Plisson 2004-2007 *  Naucelle Web Site